ESA @ Project Gallery

Only Some of Us Want to Be Artists, a selection of 33 ESA Contemporary artists

Project Gallery, 1210 Dundas Street East, until June 9 / jusqu’au 9 juin

 

After the stunning exhibition of Rachel Burns works at General Hardware Contemporary in Toronto (read the article here) I wanted to know a bit more about the Etobicoke School of the Arts (ESA) from which she just graduated. The public high school, founded in 1981, offers programs in music, dance, musical theater, film and visual arts. Some of the photography students’ works could be seen at Contact festival for the photography at Artscape Youngplace in May, and now Project Gallery presents this week artworks by the graduating class. Everyone can appreciate these young and fresh artists in a professional environment and presentation. Very few journalists will comment artworks from such green artists. It needs some compromises, some commitments and it needs the humility to accept to eventually be wrong in the detection of talents and future possibilities of career for those new artists, but Neomemoire gave itself the mandate to promote and show the emerging talents through articles and reviews. Show them outside their natural circle of families and friends. They are ready to be launched and compared to what is being done in the big world of the arts.

A very nice diversity of art forms is shown at Project Gallery. Through drawing and painting the visitor will see the most accomplished technical works, in sculpture the most innovative and in photography the most mature works.

IMG_6643

 

Après avoir été ébahi par l’étonnante et très belle exposition de Rachel Burns à la galerie General Hardware à Toronto, (voir l’article ICI) il me fallait en savoir plus à propos de la Etobicoke School of the Arts (ESA), école secondaire publique avec programme en art, où elle termine sa formation. Fondée en 1981, l’ESA offre des spécialisations en musique, danse, théâtre musical, film et arts visuels. On a pu voir le travail de certains élèves au festival de photographie Contact au Artscape Youngplace. Mais voici que Project Gallery présente à son tour le travail des élèves finissant, dans un environnement et une présentation professionnels. Peu de médias se risquent à aller voir et commenter les travaux d’aussi jeunes artistes. Il faut accepter de se compromettre, de faire éventuellement fausse route quant au talent et aux possibilités de carrière de ces nouveaux venus. Mais neomemoire s’est donné comme mandat de soutenir et de promouvoir, par le biais d’articles et de critiques, les artistes émergeants. Les faire voir en-dehors du cercle restreint de leurs ami.es et famille. Ils/elles sont prêt.es à être lancé et comparé à ce qui se fait dans le grand monde.

Une belle diversité des disciplines et des approches nous est donnée à voir à la Project Gallery. C’est dans le dessin et la peinture qu’on voit le travail technique le plus abouti, dans la sculpture qu’on trouve le plus d’imagination et dans la photographie qu’on apprécie le plus de maturité.

 

IMG_6642
Cassey Chao, West End, 2018 (detail) Mixed Media / Médium mixtes

I was totally seduced by the proposition of Cassey Chao who realized stamps with mini photographs. Glued to an envelope and having the same dimension of a stamp, the artwork forces you to get closer to be able to enjoy it. Photos are about both about familiar or unlikely lands, occupied or isolated spaces. Forget about the royal, politician or athlete portrait!

J’ai été complètement séduit par la proposition de Cassey Chao qui a réalisé des timbres postes avec des photographies miniatures. Collées sur une enveloppe et ayant la dimension d’un vrai timbre-poste, il faut s’approcher pour pouvoir apprécier. Les photos représentent des lieux familiers ou improbables, occupés ou isolés. Exit donc le portrait régalien, politicien ou sportif.

 

 

To use rust on archival pigment print could demonstrate the best example of a partly controlled abstract artwork. Here the oxidation is the media but also the artist in a certain way, even though the (real) artist decides how the chemical reaction is produced and when it stops. Even though it seems rigid, metallic and heavy, smooth the paper must be considering it is hanged with just two little clips… So much beauty in these infinite color fields. Here is a moving and striking work by Alexis Vo.

IMG_6650
Alexis Vo, Family Portraits, 2018 Rust on archival pigment print / Oxydation sur pigment papier archive imprimé

Le papier photographique recouvert de rouille semble un bon exemple de ce qu’est l’art abstrait partiellement contrôlé. Ici l’oxydation fait office de médium et se substitue presque à l’artiste. C’est toutefois cet artiste qui décide quand et comment la réaction chimique se produit et se termine. Souple, le papier a toutefois un aspect rigide de métal, semble très lourd, ce qu’il n’est pas au vu de son accrochage. Que de beauté dans ces champs de couleurs, infinis. Émouvant et beau travail de Alexis Vo.

 

IMG_6646
Rachel Burns, 2018 Graphite on paper / graphite de carbone sur papier

We discovered Rachel Burns for her photographs at General Hardware, but she also showed then some drawings made of graphite. This is what she chose to show at this graduate students exhibition. A large area entirely covered with graphite creating curves, waves, movements and requiring the eye to follow the imposed trajectory. Both hallucinating and hypnotising, these huge dark artworks are describes by the artist as magnetic field. If the drawings are less surprising than her works in photography, it is still very interesting. And if she mixed the photo and the graphite…

On a découvert Rachel Burns par ses photographies, mais il y avait également dans l’exposition chez General Hardware des dessins au graphite. Ce qu’elle a choisi de présenter pour cette exposition de fin d’année. Une immense surface entièrement recouverte de graphite formant des courbes, des vagues, du mouvement, forçant le regard à suivre la trajectoire imposée. Hallucinatoire et hypnotisant à la fois, ces grandes œuvres au noir sont décrit par l’artiste comme des champs magnétiques. Si ce travail surprend moins que son travail en photographie, il n’en est pas moins intéressant pour autant. Et si elle alliait un jour la photo avec le graphite…

Impressing technical work by Jaime Pattison. Her neo-realistic paintings in water-downed colors recalls at the same time Flemish painters for her use of light, of mirrors and for her precision; we also can see something from Edward Hopper into these gloomy environments and finally, we vaguely recognize some Marc Séguin from the first period, mostly in All Our Glory With All Our Flaws where the artist makes the head of an elder appear in the middle of this sombre surrounding. She plays with quite interesting legacies. As always in neo-realism (or hyper-realism) painting are more interesting when seen from a certain distance, a too close sight make you loose the illusion, and understand the tricks. I have never been a painter, but it seems to me that very few artists of that young age attain such virtuosity. This seems a more than promising future.

IMG_6677
Jaime Pattison, In All Our Glory With All Our Flaws, 2018 Oil on canvas / Huile sur toile

Impressionnant travail technique de Jaime Pattison. Ses toiles néo-réalistes dans des teintes abâtardies nous rappellent à la fois les peintres flamands par le jeu de lumière, de miroir et la précision réaliste, les toiles énigmatiques d’Edward Hopper par ces environnement un peu glauques et enfin vaguement le Marc Séguin des débuts surtout dans In All Our Glory With All Our Flaws où l’on aperçoit la tête d’un vieillard surgir au milieu de cette masse sombre. Comme toujours dans le néo-réalisme (ou le hyper-réalisme) les toiles sont toujours plus intéressantes à regarder de loin et semblent presque photographiques alors qu’en s’approchant on découvre comment l’illusion a été créée. Je ne peins pas, mais il me semble toutefois que peu d’artistes atteignent une telle virtuosité technique à un si jeune âge. Voilà qui me semble plus que prometteur pour le futur.

 

IMG_6663
Taima Humbert, Repetition of the Redundant, 2018 Pen on paper / Stylo sur papier

Taima Humbert possesses a rare talent: the talent of patience and persistence. Her drawing Repetition of the Redundant required a long and rigorous amount of work. Still too close to the art of Ken Nicol, this artist already owns a good technique and will certainly find her own personal way, which should be interesting to witness. Meanwhile, this hand-made puzzle catches and holds the sight as mantra would.

Taima Humbert possède un talent rare : celui de la patience et de la ténacité. Son dessin à l’encre Repetition of the Redundant a exigé un long et rigoureux travail. Certainement trop près du travail de Ken Nicol, l’artiste qui possède déjà une bonne technique saura sûrement trouver une voie plus personnelle qu’il sera intéressant de découvrir. En attendant, le grillage fait-main présenté s’empare du regard comme un mantra. Si le visiteur se laisse aller un peu, il se trouve emprisonné dans une grille, un casse-tête géométrique dont on ne voit ni le début ni la fin.

 

IMG_6681
Noah Brown, All Fruits Ripe, 2018 Felt, wool, Merino silk, cotton / Feutre, laine, Soie Mérino, coton

I usually am not a big fan of artwork made out of fabrics, but Noah Brown works with the fibre itself to produce her toiles, somewhere between weaving and collage. We are automatically caught by these eight men’s heads leaning toward us. They are both contemplative and absent. Unknown faces, unknown sights observing the observers. Are they judging? Are they doing our portrait? Are we ridiculous, are we pitiful? Answers will differ accordingly to our personal level of anxiety and paranoia.

Je ne suis pas trop enthousiaste normalement face aux œuvres faites de tissus. Mais Noah Brown travaille plutôt la fibre pour produire des toiles à mi-chemin entre le tissage et le collage. On est automatiquement happé par ces huit têtes d’hommes penchés au-dessus de nous. Ils sont à la fois contemplatifs et absents. Des visages, de yeux inconnus observent celui/celle qui regarde. Nous jugent-ils? Font-ils notre portrait? Sommes-nous ridicules ou faisons nous pitié à voir? La réponse diffère selon nos angoisses et nos paranoïas respectives.

 

IMG_6674
Amanda Blake, Pylons 2018 Cast resin / Moulage de résine

Beware: danger! How to transform a universally hated object because of what it states into an object of contemplation? Here is where Amanda Black succeeds. The orange pylons are re-imagined in pylons of cast resin, translucent, pinkish and pretty beautiful. High standard urbanism, with a fragile object announcing the danger, we are twice more careful. If we could cross those pylons on the road, there is no doubt we would pay more attention.

Attention travaux! Comment transformé un objet universellement détesté par ce qu’il annonce en un objet de contemplation? Voilà la grande réussite d’Amanda Blake. Les cônes oranges ré-imaginés en cônes de résine moulée, translucides, rosés et sont très beaux à voir. Urbanisme de haute voltige: avec un objet fragile on annonce le danger, on demande ainsi de prendre garde doublement. On voudrait pouvoir rencontrer ces cônes sur notre route, aucun doute, nous y porterions beaucoup plus attention.

 

I would have love to review many other artworks as the clock adorned with moisture by Kern Adegeest, the boat made of veneer and tie-wrap by Isabella Ferrer Fernandez and the plasters by Hailey Hanson amongst others. You understand I made a short list of what can be seen at Project Gallery until June 9. According to the title of the exhibition, it seems not all of them want to be professional artists. It means you have to rush to discover before everybody what the world of the arts will be made of (or not) in a near future.

J’aurais aimé parler de bien d’autres œuvres. Les horloges parées de moisissures de Kern Adegeest, le bateau fait de placage de bois et de tie-wrap de Isabella Ferrer Fernandez, les plâtres de Hailey Hanson. Il s’agit donc d’une brève sélection de ce qu’on peut voir à Project Gallery jusqu’au 9 juin prochain. Selon le titre donné à l’exposition, il semblerait que seulement certains d’entre eux veuillent devenir artistes. Aussi, précipitez-vous. Découvrez avant tout le monde ce dont le monde des arts sera ou pas demain.

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s