TO love-in

la version française se trouve en bas de page

36641485_1891835484209111_2073540709348016128_n
Summer workshop love-in 2018

I just met the lovers. A group that does not hesitate to get up close and personal when it comes to dance. Toronto dance community love-in was created with the desire of fulfilling needs that were not encountered in the dance community. With a lot of love. After some discussions and a lot of listening to what the community wanted, it came out very quickly that alternative training techniques and connection with the international scene was what they would work on.

The initiators, Amanda Acorn and Eroca Nicols created a safe space where dance doesn’t rhyme with competition, hierarchy, a place to be more inclusive where dancers from different communities, social classes and generations could feel welcome. If at the beginning the dance was exclusively contemporary, they now welcome all influences, all genres both in their workshops, classes and into the series of shows they produce. There is also a whole micro-economical society around the lovers. When dancers do classes and workshops, they might meet their artistic match and without having to audition they might end up working together on a future project, or maybe simply find their next babysitter, a friend or someone to share new ideas with!

The actual artistic co-directors are Robyn Breen, Tina Fushell and Kate Nankervis. They have prepared with care and with the support of their numerous and indispensable volunteers their most important annual events: the summer workshop and a series of shows P.S.: We Are All Here. Those two are totally interconnected, the instructors leading the two-weeks workshops are usually a major part of the shows. They are offered to present during this mini-festival something they are working on. The lovers will complete the program of the festival with works by local artist/choreographers and maybe, something coming from participants in the workshop. As said before, here hierarchy doesn’t mean much.

The lovers choose the instructors/choreographers based on their personal curiosity and field of interests. Of course they also listen to the desires of the community,  as all the artistic directors are also practicing artists, they probably share the same needs. The lovers also have a special relationship with two dance institutions: the Studio 303 in Montréal and L’Artère in Québec city. There are a lot of exchanges and trades with these institutions as they can share the visit in Canada of an important international artist or the discovery of the next star to be.

This year’s edition will introduce many choreographers and teachers: Kiani Del Valle from Berlin, Liz Kinoshita from Brussels, Jeanine Durning from New York and of course some local celebrities as Sahara Morimoto and Allison Cummings. The lovers will discover their work at the same time as the public during the series of shows. They are open and ready to anything and the audience should be as well. The works presented are somewhere into the creative process, it is their first contact with the public. It can be chaotic, messy but it also can be a revelation for everyone, including the artists themselves. The shows actually are more like social events where everyone will watch and then chat about what they just have seen/done. Intermission will last accordingly to the intensity of the discussion. The public participates in a certain way to the creative process as the public is invited to witness the sometimes magical, sometimes laborious conception and confection of an artwork.

What a beautiful opportunity everyone has to open his/her heart and share the love for the passionate art dance is. Let’s go to the dance-in, let’s love-in.

 

neomemoire will do review of the best moment of  P.S.: We Are All Here, meanwhile scroll down to find all the infos about this series of shows

36585536_1894100207315972_2217822585104629760_n
Molly Johnson in « me and the patriarchy »

Je viens tout juste de rencontrer les lovers, un groupe qui dispense généreusement amour et réconfort à la communauté de la danse à Toronto. Toronto dance community love-in a été créé dans le but de combler les besoins des danseurs locaux. Avec beaucoup d’amour. Après quelques séances de discussions et beaucoup d’écoute il est rapidement devenu clair que les désirs les plus intenses étaient d’avoir accès à de nouvelle techniques d’entrainement et d’établir des contacts à l’international.

Les initiatrices de ce projet, Amanda Acorn et Eroca Nicol ont créé un espace où la danse ne rime pas avec compétition et hiérarchie et qui se veut plus inclusifs, un espace où les danseurs de toutes origines, de toutes classes sociales et de toutes générations se sentent accueillis. Au départ, tout était concentré autour de la technique contemporaine, mais on y accueille maintenant toutes les influences, les genres de danses autant dans leurs stages et classes que dans les séries spectacles qu’elles produisent. Étrangement il s’est créé une micro société économique autour du groupe. Les danseurs participent aux classes et aux stages, rencontrent peut-être leur âme sœur artistique, et sans passer par le processus d’auditions se retrouvent soudainement à travailler ensemble sur un projet, peut-être qu’ils/elles rencontreront plutôt la prochaine gardienne d’enfant, une amitié ou simplement une personne avec qui discuter de toutes sortes d’idées.

Les co-directrices artistiques actuelles sont Robyn Brynn, Tina Fushell et Kate Nankervis. Avec l’aide d’innombrables et indispensables bénévoles elles ont préparé le point culminant de leur saison : le stage d’été et un mini-festival de création P.S.: We Are All Here. Ces deux événements sont complètement inter-reliés. Les professeurs invités sont invités à présenter leur travail du moment. Mis à part les créations des instructeurs invités, les lovers compléteront la programmation du petit festival avec des œuvres en devenir de chorégraphes locaux ou encore de certains participants au stage. Quand on vous disait qu’ici la hiérarchie ne compte pas pour beaucoup.

Les professeurs/chorégraphes sont choisi.es par les directrices artistiques selon leurs propres intérêts, leurs propres coups de cœur tout en portant une écoute aux désirs de la communauté.  Toronto dance community love-in a également une relation particulière avec deux institutions bien connues du monde québécois de la danse: le studio 303 à Montréal et L’Artère à Québec. Ils font beaucoup d’échanges, s’associent pour faire venir au Canada un artiste de renom ou encore se partage les noms des prochaines étoiles montantes dans le domaine.

L’édition 2018 du stage d’été et du mini festival amèneront à Toronto plusieurs invités de marque: Kiani Del Valle de Berlin, Liz Kinoshita de Bruxelles, Jeanine Durning de New York, et aussi quelques célébrités torontoises comme Sahara Morimoto et Allison Cummings. Les lovers découvriront en même temps que le public les œuvres qui seront présentées pendant la série de spectacles P.S.: We Are All Here. Elles sont disposées, tout autant que le public, à tout voir ce qui pourrait se dérouler sous nos yeux. Les œuvres présentées sont toutes en plein processus de création, ce sera leur premier contact avec le public. Ça pourrait bien être chaotique, désordonné tout comme ça pourrait être une révélation, un moment de grâce pour tout le monde, incluant les artistes qui se produiront. Les spectacles se déroulent comme un événement social où tous discutent autour d’un verre de ce qu’ils/elles viennent de voir/faire. Les entractes sont de durées variables selon l’ardeur des discussions. En plus d’être invité à être le témoin du travail parfois magique, parfois laborieux de la création et la confection d’une œuvre d’art, le public se trouve donc à participer d’une certaine façon au processus créatif.

Profitons donc de la chance qui nous est offerte de partager notre amour pour l’art passionné qu’est la danse. Occupons l’espace, faisons du love-in un grand danse-in.

neomemoire publiera un article à propos des meilleurs moments de P.S.: We Are All Here , vous pouvez trouver toutes les informations sur cette série de spectacles plus bas

 

P.S. : We Are All Here

The Citadel: Ross Centre for Dance, 304 Parliament Street, Toronto

July 7, 6pm / 7 juillet 18h

 Julia Male & Andrew Zukerman: a dump truck full of everything I own dumping everything down a cliff in a forest

Molly Johnson: me and the patriarchy

Kianí Del Valle: CATACAUSTIC FLESH

 

July 7, 9:30pm / 7 juillet 21h30

 Liz Kinoshita / Caravan Production: You Can’t Take it With You

with / avec : Clinton Stringer, Bryana Fritz, Justin F. Kennedy

July 12, 9pm / 12 juillet 21h

Paul Sheppard & Valerie Calam / Company Vice Versa: une in to push out

Sofí Gudiño: Taura

with / avec : Alana Elmer, Pulga Muchochoma, Mari Palhares, Y Josephine

 Kate Nankervis & Ann Trépanier: spectrum

 

July 13, 9pm / 13 juillet 21h

Allison Cummings: exhale

with / avec : Bill Coleman, Jenn Goodwin, Andrya Duff, Julia Sasso, Bee Pallomia, Lyon Smith

 Sahara Morimoto: nothing III

co-created by / co-creation de:  Israeli choreographers Noa Zuk & Ohad Fishof

 Alvin Collantes: Alefbet

 

 

Full Festival pass / passe pour le festival complet : 45$
Saturday Day pass / passe pour le samedi : 25$
Single Tickets / billets individuels : 15$
Community Access Tickets: subject to availability / billets d’accès communautaire selon la disponibilité

buy tickets here / achetez les billets ici

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.