New kids on the block : Yan Wen Chang + Erin Vincent

la version française se trouve en bas de page

Yan Wen Chang : The Life of Miss Vanda Joaquim

Pushmi Pullyu, 703 College Street, Toronto

September 6th to 21th / du 6 au 21 septembre 2018

 

Erin Vincent : Active Surplus

Christie Contemporary, 64 Miller Street, Toronto

September 14th to Octobre 13th / du 14 septembre au 13 octobre 2018

 

 

 

 

In the 2016’s edition of Peinture fraîche et nouvelles constructions at gallery Art Mûr in Montréal I had the chance to discover the art of two artists, Yan Wen Chang and Erin Vincent, and I was curious to know more about them. Surprisingly enough, it was possible to see both of them in Toronto this September: Yan Wen Chang did her first solo show at Pushmi Pullyu and Erin Vincent, also have a solo at Christie Contemporary.

 

MOONSHINE
Yan Wen Chang, Moonshine, 2018 mixed media on canvas / médiums mixtes sur toile Pushmi Pullyu photo: N.B.

The artwork of Yan Wen Chang also captured my attention in a group show at Wil Kucey gallery, which sadly closed last summer, where she offered a piece with this catchy message: “Every saint has a past, every sinner has a future”. I thought that whatever would follow had to be interesting. Her first solo exhibition, The Life of Vanda Miss Joaquim, was mostly inspired by the flora of Singapore and Malaysia and also by her own turmoil, her homesickness and her chaotic adaption to her new environment. The images of flowers and the letterings were mostly borrowed from postcards and newspaper. Their reproduction on canvas, largely hidden behind a tumultuous abstraction will give to the viewer a metaphoric, evanescent and dimmed understanding of her message. The artist stands out with her aesthetic that recalls the 80’s, somewhat punk with its street art inspiration; the use of stencil letters and the choice of colors: black and white with a touch of red, emphasizes this impression. The X generation will feel home here, which is surprising, considering how young the artist is.

Nevertheless, the work of Yan Wen Chang is poetic and shows maturity in its message. Which suits well with the type of art gallery where it is presented. Pushmi Pullyu gallery will not be noticed if you are not looking for it. Behind a pizzeria, its door is on the side of the building and the venue is fairly small. But one can easily feel their wish to do everything perfect. They planted in front of the window outside the venue and in some pots inside, some flowers the artist was inspired by for this series. This sets the table in a simple way, enlighten the artist’s work and warm up the ambiance, bringing life and color. We are impatient to see what Yan Wen Chang will offer next as she continuously should get more sophisticated, keeping her fierceness. She is a flower in blooming but she keeps in mind that only the stem and the roots allow her to be alive and to grow.

IMG_7226
Erin Vincent, pin piece no 4, 2017 straight pins, vintage fabric / épingles droites, tissus vintage Christie Contemporary photo: N.B.

Through the last few years, the art of Erin Vincent was seen quite frequently. She had a solo show for her Master program at Alison Milne gallery, and participated to many group exhibitions. Her work is singular, so easily recognizable and resolutely contemporary. The artist offers us some hardly understandable objects that cannot be the consequence of coincidences, these are much too beautiful. She first did untouchable objects, literally, covering with straight pins hammers and pieces of fabric. Then, she mystified us with sculptures made of such materials that no one can evaluate its weight or its density. Painted in flashy fluorescent colors or with deep black, one cannot consider these sculptures as bas-relief even if they are on the wall. These sculptures have the great quality of being sharp, vibrant, cleared from any blur. These sculptures actually have all the features needed for a good design, without being of any use. We wonder how it can be made and we are obsessed with the blatancy of the shapes, the purity of the colors and the aura surrounding the artworks.

Erin Vincent also produces some tiny little sculptures made of 10k gold. Because it is hanged a bit far up, the eyes don’t know if these are mini flowers, maybe insects as they seem to invade partially the walls, even the ceiling. Maybe these little treasures are not easily perceptible but as we keep them in our peripheral sight we wonder if they are not watching us. Just a little fuzziness within all this clarity.

The Christie Contemporary art gallery is flooded with natural light and this makes Erin Vincent’s sculptures shine to their full potential. The venue is a bit difficult to find, but it largely worth the effort. Open two years ago, the gallery presents as much well established artists and the emerging, new and fresh. Erin Vincent is to be followed intently, her work already has a strong personality and is recognizable as one can recognize, relatively speaking, the work of a Giacometti or Calder for example. Maybe sculpture as a medium allows this. There is no doubt, this artist has found her path. Our choice now to follow her or not, but this walk might be a splendid one.

 

IMG_7228
Erin Vincent, red fur, 2018 acrylic, styrofoam, papier mâché / acrylique, polystyrène, papier mâché Christie Contemporary photo: N.B.

 

J’avais vu le travail Yan Wen Chang et Erin Vincent une première fois à l’édition 2016 de Peinture fraîche et nouvelles constructions à la galerie Art Mûr à Montréal et j’étais curieux d’en savoir un peu plus sur ces deux artistes. L’occasion s’est présentée en septembre à Toronto: Yan Wen Chang présentait un premier solo à la galerie Pushmi Pullyu alors qu’on peut voir Erin Vincent, en solo également, à la galerie Christie Contemporary.

 

THERESSURECTION
Yan Wen Chang, The Resurrection, 2018 mixed media on canvas / médiums mixtes sur toile Pushmi Pullyu photo: N.B.

Le travail de Yan Wen Chang m’a également interpelé lors d’une exposition de groupe à la galerie Wil Kucey, qui a malheureusement fermé ses portes au cours de l’été, où elle présentait une toile avec ce message accrocheur: « Every saint has a past, every sinner has a future » (Tous les saints ont un passé, tous les pêcheurs ont un futur). Je me disais que la suite ne pouvait être qu’intéressante. The Life of Vanda Miss Joaquim, son premier solo est surtout inspiré par la flore de Singapour et de Malaisie ainsi que par ses propres tourments, son mal du pays et son intégration cahoteuse dans son nouvel environnement. Les images de fleurs et les lettrages proviennent en général de cartes postales et de journaux. Reproduits sur toile, camouflés dans un maelstrom d’abstraction, n’est plus visible pour le visiteur qu’une métaphore, qu’une sensation évanescente et diffuse. L’artiste se démarque par une esthétique évoquant les années 80, un peu punk avec son aspect street art, des lettres au stencil et le choix des couleurs utilisées : noir et blanc avec quelques touches de rouge. La génération X se reconnaîtra dans cette esthétique, ce qui peut surprendre venant d’une si jeune artiste.

Le travail de Yan Wen Chang s’avère toutefois poétique et mature dans son propos. Il se prête bien ici au type de galerie où il est présenté. La galerie Pushmi Pullyu ne se remarque pas si le passant n’a pas d’abord l’intention de s’y rendre. Situé à l’arrière d’une pizzeria, entrée sur le côté de l’édifice et surtout dans un minuscule local. Mais on sent le désir de bien faire les choses. On a planté devant la vitrine de la galerie et en pot à l’intérieur, des fleurs dont l’artiste s’est inspirée pour cette série. Une mise en contexte simple qui rend le propos de l’artiste plus limpide et qui réchauffe un peu l’ambiance, apportant couleur et vie. On suivra le travail de Yan Wen Chang, qui continuera à se raffiner tout en conservant sa fougue. Une fleur qui ne cherche qu’à s’épanouir, mais qui jamais n’oublie la tige et les racines qui lui permettent de vivre et de grandir.

IMG_7234
Erin Vincent, looped form, 2017 tar paper, wire, steel / papier goudronné, fil de fer, acier Christie Contemporary photo: N.B.

On a vu plus régulièrement le travail d’Erin Vincent au cours des dernières années. Exposition solo de fin de maîtrise à la galerie Alison Milne, participation à plusieurs expositions de groupe. Son travail est très particulier, il est donc toujours aisément reconnaissable et d’une grande contemporanéité. L’artiste nous place devant des objets incompréhensibles et indécodables qui sont trop esthétiques pour être le fruit d’un accident. Elle a d’abord fait des œuvres intouchables dans le sens propre du mot, des marteaux et des tissus entièrement recouverts d’aiguilles. Ensuite elle nous a mystifié avec des sculptures construites avec des matériaux qui ne trahissent pas leur poids ni leur densité. Peints de couleurs fluorescentes ou en noir profond, les œuvres sont fixées aux murs, on ne peut toutefois pas parler de bas-reliefs ici. Ces sculptures ont la grande qualité d’être nettes, claires, dégagées de tout flou. Des sculptures qui en quelque sorte ont toutes les caractéristiques d’un design bien fait, mais sans utilité aucune. On se demande évidemment comment c’est fait. On est obnubilé par l’évidence de la forme, la pureté des couleurs et l’aura qui entoure l’œuvre.

L’artiste produit également de minuscules œuvres en or 10k. Comme c’est petit et un peu loin, on se questionne : seraient-ce de mini fleurs, ou peut-être des insectes qui envahissent les murs, un peu le plafond, qui se répandent discrètement. On ne les remarque pas en entrant dans la galerie, mais peut-être qu’eux nous remarquent. Un léger flou dans toute cette clarté.

La galerie Christie Contemporary est envahie de lumière naturelle et les sculptures d’Erin Vincent s’y déploient dans tout leur éclat. Un peu difficile d’accès, le détour vaut le coût et depuis maintenant deux ans, on y présente autant les œuvres d’artistes confirmés que celle produites par des artistes émergeants. Erin Vincent est certes une artiste à suivre attentivement, son travail a une personnalité forte. Déjà on la reconnaît de la même façon, toute proportion gardée, qu’on reconnaît un Giacometti, un Calder… La sculpture est un médium qui permet peut-être plus facilement l’éclosion de telles signatures. Il ne fait aucun doute que cette jeune artiste ne se cherche plus, qu’elle s’est trouvée. À nous maintenant de monter à bord, son train n’est pas petit et il ira loin.

 

THERETURNTOSHANGRILA2
Yan Wen Chang, The Return to Shangri-la, 2018 oil on canvas / huile sur toile Pushmi Pullyu photo: N.B.

 

 

about the author:

Normand Babin is a pianist working and living in Toronto since 2014, he also writes about arts for many years. In Montréal he was writing for his blog montréalistement, la Scena Musicale, La Recrue du Mois and others, he launched neomemoire in April 2018 where he is chief editor and author. 

web site

 

 

à propos de l’auteur:

Normand Babin est pianiste, il vit et travaille à Toronto depuis 2014 et il écrit sur les arts depuis plusieurs années. À Montréal il écrivait pour son blog montrealistement, la Scena Musicale, La recrue du mois et autres, il a lancé en avril 2018 neomemoire où il agit à titre d’éditeur et d’auteur. 

site web

 

 

 

 

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s