Different Trains @ Soundstreams

version française en bas de page

Different Trains | Rolston String Quartet

presented by Soundstreams

Trinity-St-Paul’s Center, 427 Bloor Street West, Toronto,

February 2, 2019, 8pm

Program :

R.Murray Schafer : String Quartet no 2 « Waves »

Rolf Wallin : Curiosity Cabinet

Dorothy Chang : Streams (Steven Dann, viola)

Rolf Wallin : Swans Kissing

Steve Reich : Different Trains

Rolston String Quartet @ Soudstreams photo : Claire Harvie

Presented by Sounstreams, the Rolston String Quartet played Saturday in Toronto a high-quality recital of contemporary music. If the showstopper would be the performance of Different Trains by Steve Reich accompanied by the video created by Beatriz Caravaggio, the audience had the chance to listen to a breathtaking quartet in many shorter works in the first part of the concert.

Right from the first notes of the second string quartet by R. Murray Schafer, named “ waves”, the audience was awed by the electrifying synchronicity of the ensemble and the humongous range of nuances they have to offer. More than waves of sounds, we could easily talk here about some tsunami. Vibrant, on the edge, no word can describe the great quality of this performance. At the end of the piece, the musicians move away from the stage, spreading slowly the last notes, one by one in a long diminuendo. The cellist forgotten and all alone on stage whistles a last melody, just before an ultimate spasm.

After this and with a lot of enthusiasm, the musicians of the Rolston took all they could out of the group of miniatures, Curiosity Cabinet from the Norwegian composer Rolf Wallin. In the obvious desire to surprise the listener at every shot, the short movements are very contrasted. Some are very close to dodecaphonic serialism, some sound more like sparkling extract of musical clichés: a thunderous cadenza that doesn’t last three bars, a beginning with nothing after, etc. The music brings some shy smiles, but the alternating between serious and comical makes the listener wonder how to react. Swans Kissing from the same composer that ended the first part of the concert is a much more elaborated piece, evoking the fragility, the impermanence, the feverish of a first kiss. The light friction of the wings is substituted to the strings. This piece never put a foot on the ground, it is weightless: a perpetual movement brilliantly played by the Rolston quartet.

Between those two pieces by Rolf Wallin: Streams, a piece for solo viola from the Canadian composer Dorothy Chang performed by Steven Dann. Much more of a meditative work, the musician has to imitate the sound of some traditional Chinese music instruments, a delicate and subtle work. Maybe this was not the right moment, maybe this was not the right artist for the right music but what could have been a calm moment between the torrents of sound the Rolston creates became a moment of apathy. It needs to be listened anew in a different context.

In 1988, when Steve Reich wrote Different Trains, he could see already our actual overheated brains, our minds overwhelmed by a flow of information, images and words, our famous multitask aptitudes. On the pre-recorded performance tape, we hear the string quartet reproducing the noise the trains make when moving on the rails, the background sound we hear as we travel by train. Over this, Steve Reich has recorded voices. The voice of his governess with whom he traveled many times in his childhood from New York to Los Angeles, going from his mother to his father. Years later, he found back his governess who told about those trips, those trains. Reich also recorded voice of survivors from the Holocaust. They indeed traveled in different trains… These voices he sampled and looped them, are transformed in rhythms and melodies. This is exactly where the quartet on stage enters the game. The musicians reproduce the songs of the words, the whistle of the train; the noises from the machine and the human. The artist Beatriz Caravaggio collected an impressing number of vintage images, many of them being moving images taken from a train. These images are treated the same way as the sounds are, by sampling, looping, hatching, and are perfectly synchronized with what we hear. This vast and oppressing perpetual movement slows down and stops only once at the end of the second movement. Arrived sane and alive or not, war ends, life will go on.

Without any kind of sentimentality, or self-pity, Different Trains probably is one of the most moving works about the Holocaust. Oppression is the key word here. But also, although our minds are accustomed to the overlaps of images and words, we feel totally overwhelmed. The Rolston String Quartet excels to this type of performance. They also are overwhelmed by the performance tapes to which they have to refer and by the fragmented score requesting a surgical precision. The audience comes out groggy and in a certain way exhausted with the clear feeling that this was an important event, the feeling we heard a key work in music history.

Soundstreams : WEB

Rolston String Quartet WEB

Beatriz Caravaggio WEB

Different Trains | Rolston String Quartet

présenté par Soundstreams

Centre Trinity-St-Paul, 427 rue Bloor Ouest, Toronto,

2 février 2019, 20heures.

Programme :

R.Murray Schafer : String Quartet no 2 « Waves »

Rolf Wallin : Curiosity Cabinet

Dorothy Chang : Streams (Steven Dann, alto)

Rolf Wallin : Swans Kissing

Steve Reich : Different Trains

À l’invitation de Soundstreams, le quatuor à cordes Rolston a présenté samedi à Toronto un concert de musique contemporaine de haute tenue. Si le clou du spectacle allait être la présentation de DIfferent Trains de Steve Reich accompagné de l’œuvre vidéo de l’artiste Beatriz Caravaggio, l’auditoire a pu entendre en première partie de concert un quatuor époustouflant dans un groupe de pièces plus courtes.

Dès les premières notes du second quatuor à cordes de R. Murray Schafer, surnommé « Waves » (vagues) la salle est prise en otage par le synchronisme électrifiant de l’ensemble et l’immense palette sonore qu’il a à offrir. Plutôt que de vagues sonores on pourrait ici parler de tsunami. Vibrant, sur la corde raide, tous les qualificatifs ne rendent pas la grande qualité de cette performance. À la fin de la pièce, les musiciens s’éloignent de la scène, égrenant une à une les dernières notes dans un très long diminuendo, alors que le violoncelliste oublié sur scène, siffle doucement une petite mélodie, juste avant un dernier sursaut, un spasme.

Avec beaucoup d’engagement les musiciens du Rolston on ensuite tiré tout ce qui était possible de la suite de miniatures, Curiosity Cabinet (Cabinet de curiosités) du compositeur norvégien Rolf Wallin. Tentant de nous surprendre à tous les coups, les mouvements sont très contrastés. Certains se rapprochent beaucoup du sérialisme dodécaphoniques, d’autres sont plutôt comme des extraits éclairs de cliché musicaux : une cadence tonitruante qui ne dure pas trois mesures, un début sans suite, etc. La musique provoque quelques sourires timides, mais alternant entre sérieux et comique, l’auditeur ne sait trop comment réagir. Swans Kissing (Cygnes qui s’embrassent) du même compositeur qui clôturait la première partie est une pièce plus élaborée, évoquant la fragilité, l’impermanence, la frénésie presque d’un premier baisé. Le léger frottement d’ailes est ici mis en son par le frottis des cordes. Une pièce qui jamais ne pose le pied par terre, en apesanteur ; un mouvement perpétuel brillamment exécuté par le quatuor Rolston.

Entre les deux pièces de Rolf Wallin : Streams, une pièce pour alto solo de la compositrice canadienne Dorothy Chang interprétée par Steven Dann. Une œuvre plutôt méditative qui demande à l’instrumentiste d’imiter les sonorités de certains instruments de musique traditionnel chinois, une pièce délicate et subtile. Peut-être n’était-ce pas le bon moment, peut-être n’était-ce pas le bon artiste pour la bonne œuvre, mais plus qu’un moment d’accalmie parmi les torrents sonores que produit le quatuor Rolston, ce solo est devenu rapidement un moment d’apathie. À réentendre dans une autre contexte.

En 1988, Steve Reich  a écrit Different Trains et a su deviner nos cerveaux surchauffés, nos esprits qui calibrent à la surabondance d’informations, d’images et de mots superposés, notre fameux multitâches actuels. Sur bandes il y a un quatuor à cordes qui reproduit principalement le bruit du train sur les rails, le bruit de fond qu’on entend lorsqu’on voyage en train. De plus, Steve Reich a enregistré des voix. Celle de sa gouvernante avec qui enfant il a fait le voyage New York – Los Angeles à plusieurs reprises, se trimballant entre sa mère et son père. Retrouvée des années plus tard, la gouvernante raconte comment étaient ces trains, ces voyages. Il a aussi enregistré des voix de survivants de l’holocauste, qui eux ont voyagés dans des trains forts différents en effet. Ces voix, il les échantillonne, en fait des boucles, les transforme en rythmes, en mélodies. Et c’est justement là qu’entre en jeu le quatuor qui est sur scène. Les musiciens reproduisent eux les chants des mots, les sifflements du train, les bruits produits de la machine et de l’humain. L’artiste Beatriz Caravaggio a collecté un nombre impressionnant d’images d’époque, souvent des images en mouvement faites à partir de trains. Ces images sont traitées de la même façon que les sons, soit par échantillonnage et présentées en boucle, hachurées, en parfaite synchronie avec ce que nous entendons. Ce vaste et oppressant mouvement perpétuel ne se ralenti et ne s’arrête qu’entre le deuxième et troisième mouvement de l’œuvre. Arrivée à bon ou à mauvais port, la guerre prend fin, la vie va reprendre ses droits.

Sans aucune mièvrerie, sans apitoiement et sans pitié, Different Trains est probablement l’une des œuvres les plus émouvantes sur le thème de l’holocauste. Oppression est certes le mot à retenir. Mais il y a aussi, même avec nos cerveaux infatués aux superpositions des idées et des images, un vaste sentiment d’envahissement. Le quatuor Rolston excelle à ce genre d’exercice. Ils sont, eux aussi, envahis par la bande sonore à laquelle ils doivent se référer, et par une partition morcelée demandant des interventions d’une précision chirurgicale. L’auditoire en ressort sonné, fourbu, avec la nette impression d’avoir eu la chance d’assister à un événement d’importance, d’avoir entendu une œuvre charnière dans l’histoire de la musique.

Soundstreams : WEB

Rolston String Quartet WEB

Beatriz Caravaggio WEB

______________________________________________________________________________

about the author :

Normand Babin is a pianist working and living in Toronto since 2014, he also writes about arts for many years. In Montréal he was writing for his blog montréalistement, la Scena Musicale, La Recrue du Mois and others, he launched neomemoire in April 2018 where he is chief editor and author.

web site 

À propos de l’auteur :

Normand Babin est pianiste, il vit et travaille à Toronto depuis 2014 et il écrit sur les arts depuis plusieurs années. À Montréal il écrivait pour son blog montrealistement, la Scena Musicale, La recrue du mois et autres, il a lancé en avril 2018 neomemoire où il agit à titre d’éditeur et d’auteur. 

site web

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.