Kopernikus @ Against the Grain Theater

Danielle MacMillan, Kopernikus, production Against the Grain Theatre, PHOTO : Darryl Block

Kopernikus

music and libretto : Claude Vivier (1980)

Joel Ivany : stage director | Topher Mokrzewski : music director | Jason Hand : set & lighting designer | Matjash Mrozewski : co-director & choreographer | Marissa Kochanski : costume designer

Danielle MacMillan : soprano (Agni) |Anne-Marie MacIntosh : coloratura soprano | Jonelle Sills : soprano | Krisztina Szabo : mezzo-soprano | Bruno Roy : baryton-Martin | Dion Mazerolle : barytone | Alain Coulombe : bass | Anisa Tejpar : dancer | William Yong : dancer | Brenna Hardy-Kavanagh : violin | Carly Gordon : oboe | Brad Cherwin, Marc Blouin, Peter Stoll : clarinets | Michael Fedyshyn : trumpet | Paul Tarussov : trombone

April 4 -13, 2019, presented by Against the Grain Theater, Theatre Passe Muraille, 16 Ryerson avenue, Toronto

TICKETS

All along his short life, Claude Vivier anticipated with fright his own death. He was sleeping all lights on, he was afraid, he did not know why. That evening of March 1983 in Paris when he was killed, hit more than 20 times by a knife, on his desk was a music score in the work, the scene he was working on was a scene where the protagonist gets stabbed more than 20 times, in Paris… No doubts he had his morbid obsessions until the very end. Kopernikus, his only opera, conveys on stage and on score this moment that one could imagined very short, or very long, or not existing at all, this moment where the body transfers from life to death, where the soul gets away from the body. Vivier had a very intense spiritual life; his faith probably was a blending of diverse traditions, religions and paganisms. The opera is built on these cultures, these faiths and these rituals. There is not plot really, the most important event, the death of the central character Agni, occurred before the first note.

The production of Against the Grain Theatre is very careful to help the understanding of this music of a genius. Entering the hall, everyone receives a file, a dossier Claude Vivier. With a few documents -photos, extracts from the handwritten score, a map of the subway of Paris dated from 1980, a subway ticket, extracts from newspapers article about his assassination, etc.- we can make a portrait of the persona, get the importance of the work we are going to hear. The set, simple at first sight, made of scaffolds, will eventually show all its complexity as the show goes on with a clever lighting design. The costumes, which may seem a bit bleak, offer a beautiful symbolic. When the principal character, Agni, only character to wear a shiny colour and structured dress, changes to one of these greyish, shapeless garments, we understand better the passage from one state to the “other”.

The music of Vivier is often made of homo-rhythmic blocks. Which means that every voices and every instruments execute in the same rhythm the notes they have to play. There are sometimes some short melodic flights, but in general everything moves as a block. Also, the choreography is embedded with the stage direction, and directs every single movement of every protagonist. Musicians, singers and dancers move in synchrony. When they do not dance, they walk, they go up or down from one level to the other. The choreography mostly is a gestural of the arms and the hands, which recall both a pagan ritual and an invented sign language. Vivier invented a language –the opera being in French, German and invented language- the choreographer Matjash Mrozewski invented here a sign language. This could also be the choreography of a long ritual, these gestures being simple and repeated constantly as a physical mantra.

So we are totally amazed by the performance of the musicians. They play, most of the time without the score, as they walk, as they bend repeatedly their knees and when they don’t play, they dance. An incredible work of coordination, a music score difficult enough to which was added choreography. Voila seven great artists brilliantly conducted by Topher Mokrzweski.

The singers also have a lot to do, they sing, they make different noises with their lips, they dance and walk non-stop and some even have some percussions parts to perform. Exceptionally, all voices are equal in excellence here. But we have to make a special note for the total commitment of Bruno Roy. Without having the first role, his stage presence and his good understanding of this music were immediately felt by the audience. The lowest voice, the deepest voice I have heard is the incredible voice of Alain Coulombe. He successes in the realisation of our craziest vocal dreams with his infinitely low range and infinitely ample sound. When he begins an “ohm” the entire hall vibrates. Of course Danielle MacMillan fulfill fantastically the expectations for the role of Agni. Her voice is first fragile and vibrating and becomes a “pure spirit” through the journey so near the end her voice is almost white, without vibrato, pure.

The dancers William Yong and Anisa Tejpar generate movements executed by every other performer. William Yong also has a magnificent solo, accompanied by the solo violin. We can then fully appreciate his talent. The choreography evokes here the gesture of a great wizard but at the same time the capoeira, this combat Brazilian dance. With a specific intensity, notably in his sight, he mesmerizes the audience and sublimes the notion of ritual.

Claude Vivier is one of a very small number, if any more, of Canadian composers whose work is still performed all around the World more than 35 years after his death. Which is understandable. His music goes and will go through eras without loosing any of its avant-garde flavour. Both personal and universal, his musical language moves every generations of music lovers, no one being able to resist to so much love, so much passion. Against the Grain Theatre and their director Joel Ivany offer to Toronto a high quality performance of Kopernikus. If this opera is not accessible to the mass, it is not because it is hermetic but it is because opera houses do not dare. The public can make this type of production, costly for sure as any opera, becoming less rare by invading the Theatre Passe Muraille where Kopernikus is happening. And by asking for more, more often. Maybe you don’t know yet, but you absolutely need to see and to hear this masterwork.  

The ensemble of Kopernikus / L’ensemble de Kopernikus Against the Grain Theatre, PHOTO : Darryl Block

Kopernikus

musique et livret : Claude Vivier (1980)

Joel Ivany : metteur en scène | Topher Mokrzewski : directeur musical | Jason Hand : concepteur décors et éclairages | Matjash Mrozewski : co-metteur en scène et chorégraphe | Marissa Kochanski : conceptrice costume

Danielle MacMillan : soprano (Agni) |Anne-Marie MacIntosh : coloratura soprano | Jonelle Sills : soprano | Krisztina Szabo : mezzo-soprano | Bruno Roy : baryton-Martin | Dion Mazerolle : baryton | Alain Coulombe : basse | Anisa Tejpar : danseuse | William Yong : danseur | Brenna Hardy-Kavanagh : violon | Carly Gordon : hautbois | Brad Cherwin, Marc Blouin, Peter Stoll : clarinettes | Michael Fedyshyn : trompette | Paul Tarussov : trombone

du 4 au 13 avril 2019, présenté par Against the Grain Theatre, Théâtre Passe Muraille, 16 Ryerson avenue, Toronto

BILLETS

Tout au long de sa courte vie, Claude Vivier a anticipé avec effroi sa mort. Il dormait toutes lumières allumées, il avait peur, et il ne savait pas de quoi. Le soir de mars 1983 où il est assassiné à Paris par plus de 20 coups de couteau, il avait sur sa table de travail une partition en cours d’écriture : une scène où le protagoniste est poignardé à maintes reprises, à Paris… Son obsession morbide l’aura sans l’ombre d’un doute préoccupé jusqu’à son dernier souffle. Kopernikus, son seul opéra, est une mise en scène et en musique de ce moment, qu’on peut imaginer long ou court, voire inexistant, où le corps passe de vie à trépas, où l’âme se libère du corps. Vivier a eu une vie spirituelle intense, ses croyances étaient probablement un métissage de différentes traditions, de religions et de paganisme. C’est à partir de toutes ces cultures, ces croyances et ces rituels que se bâtit l’opéra. Il n’y a pas d’histoire en tant que telle, l’action, la mort d’Agni, le personnage central, ayant lieue avant la première note.

La compagnie Against the Grain Theatre a apporté un grand soin à rendre accessible cette musique de génie. À l’entrée dans la salle, on nous remet un dossier Claude Vivier. À l’aide de quelques documents -des photos, des extraits de la partition manuscrite, une carte du métro de Paris datant de 1980, un billet de métro, des extraits d’articles de journaux parus lors de son décès, etc.- on réussit à brosser un portrait sommaire de l’homme et de l’importance de l’œuvre qu’on va entendre. Le décor, en apparence très simple, constitué de d’échafaudages dévoilera toutes ses complexités en cours de spectacle avec ses éclairages finement conçus. Les costumes, qui semblent un peu mornes à priori, offrent une symbolique intelligente. Lorsque le personnage principal, Agni, seule qui avait une robe de couleur vibrante et bien structurée, se change pour endosser les atours grisonnants et informes que portent tous les autres protagonistes, on comprend mieux le passage d’un état à « l’autre ».

La musique de Vivier est très souvent faite de blocs homorythmiques. C’est à dire que toutes les voix et tous les instruments exécutent dans un même rythme les notes qu’ils ont à jouer. Il y a parfois de petites envolées mélodiques, mais en général tout bouge en bloc. Ici, la chorégraphie s’imbrique à la direction scénique et détermine les mouvements de tous les protagonistes. Les musiciens, les chanteurs et les danseurs sont tous sur scène et bougent en synchronie. Quand ils ne dansent pas, ils marchent, ils montent ou descendent d’un palier à l’autre. La chorégraphie est surtout une gestuelle des bras et des mains évoquant à la fois un rite païen et un langage des signes imaginaire. Comme Vivier avait inventé une langue -l’opéra est en français, allemand et en langue inventée- le chorégraphe Matjash Mrozewski a ici imaginé un langage des signes. Mais ce pourrait autant être la chorégraphie d’un rituel, tant les gestes simples et répétés deviennent comme des mantras physiques.

Alors on est ébahi par la performance de ces musiciens, qui jouent la plupart du temps sans partitions, tout en marchant, en pliant les genoux à répétition et pendant les moments de silence, dansent. Un travail énorme de coordination que d’exécuter une partition déjà assez difficile à laquelle on ajoute toute une chorégraphie, voilà donc sept artistes remarquables sous la direction intelligente de Topher Mokrzewski.

Les chanteurs ont aussi fort à faire, ils chantent où font ces bruits de lèvres, ils dansent ou marchent sans arrêt et certains ont mêmes une partition de percussions à exécuter. Pour une rare fois à l’opéra, toutes les voix sont au même niveau d’excellence.  On remarque toutefois la performance très engagée de Bruno Roy qui, sans avoir le rôle principal, par sa présence sur scène et sa compréhension du texte musical emporte l’adhésion de tout le public. La voix la plus basse, la plus profonde que j’aie entendu, la voix d’Alain Coulombe est tout simplement hors norme. Il réussit à tout coup à réaliser nos rêves vocaux les plus fous avec sa tessiture infiniment grave, son timbre ample à volonté. Lorsqu’il entame un « ohm » c’est toute la salle qui vibre avec lui. Évidemment, Danielle MacMillan rempli à merveille le rôle d’Agni. Sa voix fragile et très vibrante au début, devient un « pur esprit » au cours du voyage, et vers la fin la voix devient presque blanche, sans vibrato, pure elle aussi.

Les danseurs William Yong et Anisa Tejpar sont générateurs des mouvements que tous les autres interprètes exécutent. William Yong a en plus un magnifique solo accompagné par le violon également seul. On peut alors prendre la pleine mesure de son immense talent d’interprète. La chorégraphie évoque à la fois la gestuelle d’un grand mage et la capoeira, danse de combat brésilienne. D’une intensité particulière, notamment dans le regard, il galvanise l’auditoire et sublime la notion du rituel.

Claude Vivier est un des très rares, peut-être le seul compositeur canadien à être régulièrement interprété partout sur la planète plus de 35 ans après sa mort. Et pour cause. Sa musique traverse et traversera toutes les époques sans perdre quoique ce soit de son avant-garde. Personnel et universel à la fois, son langage musical touche toutes les générations de mélomanes, nul ne pouvant être indifférent à une telle masse d’amour et de passion. Against the Grain Theatre et son directeur Joel Ivany offrent en ce moment à Toronto un Kopernikus de très haute tenue. Si cet opéra n’est pas encore accessible au plus grand nombre, ce n’est pas parce qu’il est hermétique mais bien parce que peu de maisons d’opéra et de théâtre osent. Le public peut faire en sorte que ce type de productions, onéreuses certes comme toutes productions d’opéra, deviennent moins rares en envahissant le théâtre Passe Muraille où Kopernikus est présenté. Et en en demandant plus, plus souvent. Peut-être que vous ne le savez pas encore, mais vous avez le plus grand besoin de voir et d’entendre ce chef-d’œuvre.  

Danielle MacMillan, Kopernikus, production Against the Grain Theatre PHOTO : Darryl Block

about the author :

Normand Babin is a pianist working and living in Toronto since 2014, he also writes about arts for many years. In Montréal he was writing for his blog montréalistement, la Scena Musicale, La Recrue du Mois and others, he launched neomemoire in April 2018 where he is chief editor and author.

web site 

À propos de l’auteur :

Normand Babin est pianiste, il vit et travaille à Toronto depuis 2014 et il écrit sur les arts depuis plusieurs années. À Montréal il écrivait pour son blog montrealistement, la Scena Musicale, La recrue du mois et autres, il a lancé en avril 2018 neomemoire où il agit à titre d’éditeur et d’auteur. 

site web

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.