Pandora @ FAWN

version française en bas de page

Jonathan MacArthur
photo : Francesca Chudhof

Pandora

Libretto : David James Brock | Music : Kit Soden, David Storen, Joseph Glaser

Music direction : Adam Scime | Stage direction : Amanda Smith | Choreography : Jennifer Nichols | Set : Holly Meyer-Dimny | Costume : Tosca Delfino | Lighting : Oz Weaver | Projection : Omar David Rivero | Makeup : Erica Jeffery

Teiya Kasahara 笠原 貞野 : soprano | Jonathan MacArthur : tenor | Aaron Paul Durand, Andrew Adridge : baritones | Jennifer Nichols, Tyler Gledhill : dancers | Amahl Arulanandam : cello | Daren Creech : piano | Nathan Petitpas : percussion | Kishan Chouhan : bassoon | Rob MacDonald : electric guitar & electronics

presented by FAWN Chamber Creative, May 23, 24, 25, 2019, 8pm at Geary Lane, 360 Geary avenue, Toronto

After three years in the work, FAWN Chamber Collective premiered its opera-ballet Pandora. This ambitious project was made possible by the collaboration between creators, performers and audiences. When was the last time we have heard of a new opera-ballet? This was popular in the 18th Century, by Lully mostly, but since? Pandora offers, in our own 21st Century a perfect symbiosis of dance, theater/opera and music. Here, everything gathers together to create a hybrid but coherent work of art. The opera-ballet is divided in three scenes because there are three composers but also because there are three themes. All along, Pandora is poetic and evanescent.

In first scene, an artist -sung by Teiya Kasahara whose voice dominates the entire show- tries to bring to life her artwork, a portrait, personified by the stunning dancer Jennifer Nichols. The choreography, mostly seen through a paper screen, melts with the movements of the artist and offers some very beautiful and tender moments of a visual poetry. The friend of the artist, sung by the tenor Jonathan MacArthur – a singer who will be requested a lot by the three composers through the show, notably in this first part with extreme jumps within his range- tries to protect her from herself and from the officer (Aaron Paul Durand). Kit Soden’s music explores the very edge of the tonal system; his melodies and arias are sometimes those from a musical which had gone wild. The whole is quite contemplative and poetic though.

In the second scene, the soprano is the lover of a fairy, performed by Jennifer Nichols. This section is all about desire, possession, about outrageous love. The text by David James Brock adopts the form of the ballad, with a chorus and numerous verses. Two monsters and guards are this chorus: the tenor Jonathan MacArthur and the baritone Andrew Adridge –we sadly couldn’t hear enough of him through the night. Easier than the music of his two companions composers, the music of David Storen is dark and somewhat gloomy. We can feel the influence of grunge and electronic, even of German Techno. The dance also has modern influences with looser movements, emulates the 70s. This entire section of Pandora is made of repeats and is, by this mean, the most down-to-earth of the show.

But the best was yet to come. Under high tension, we actually could feel some discomfort in the audience, the third scene is about jealousy, adultery. The inconsolable, but mostly betrayed widow –in a performance on fire by Teiya Kasahara- and her dying husband –the very versatile Aaron Paul Durand- tear themselves apart in a conflict around a woman. This woman, fantasized and inaccessible is danced by Jennifer Nichols in a grand pas de deux with Tyler Glendhill who personifies the man the husband dreamed he could have been. Joseph Glaser wrote a music in a perfect symbiosis with the text and the movements. The score, to which I could have a glance to, is sometimes graphic; the melody is drawn more than written. The music is dense and rich, it follows some unusual paths. Voice, text, movements and music gather together and create a whole quite disturbing and baffling.

The entire cast showed total commitment through their respective performances. Adam Scime conducts the ensemble with a lot of care and precision, bonded to the text, bonded to the movements. There would be a lot to say about the production. Not having the means of a big opera house, this is where many little miracles have probably happened. The projections of Omar David Rivero add a lot to the atmosphere wanted and the set, made of paper, was simple but clever and full of surprises. It is quite difficult to know where the stage direction ends and where the choreography starts, everything being so well integrated. If the concept of Chamber Creative might be difficult to explain, the spirit of it can be translated by the proximity the spectators have with the performers. With less than two meters between the dancers and singers versus the audience, there is no choice to embark in the story, no choice to feel the intensity of what is happening on stage. Rare phenomenon in the life of a spectator, we had the feeling we were part of the work. As said before, Pandora is the result of the collaboration between creators, performers and audiences. I have the strong feeling this show will still evolve. Who knows what else can the Pandora’s box reveals to us?

Jennifer Nichols
photo : Francesca Chudhof

Pandora

Livret : David James Brock | Musique : Kit Soden, David Storen, Joseph Glaser

Direction musicale : Adam Scime | Mise-en-scène : Amanda Smith | Chorégraphie : Jennifer Nichols | Décors : Holly Meyer-Dimny | Costumes : Tosca Delfino | Éclairage : Oz Weaver | Projections : Omar David Rivero | Maquillage : Erica Jeffery

Teiya Kasahara 笠原 貞野 : soprano | Jonathan MacArthur : ténor | Aaron Paul Durand, Andrew Adridge : baritons | Jennifer Nichols, Tyler Gledhill : danceurs | Amahl Arulanandam : violoncelle | Daren Creech : piano | Nathan Petitpas : percussion | Kishan Chouhan : basson | Rob MacDonald : guitare électrique & électroniques

presenté par FAWN Chamber Creative, 23, 24, 25 mai 2019, 20h, Geary Lane, 360 Geary avenue, Toronto

Après trois années de travail, FAWN Chamber Collective a présenté en première son opéra-ballet Pandora. Un projet ambitieux, rendu possible par la collaboration de chacune des parties impliquées : créateurs, interprètes et publics. Quand avons-nous entendu parler d’un opéra-ballet pour la dernière fois?  La forme était plutôt populaire au XVIIe siècle, avec Lully notamment, mais depuis? Pandora donne à voir, dans notre très actuel 21e siècle, une parfaite symbiose entre danse, théâtre/opéra et musique. Ici tout s’imbrique pour donner un objet hybride et cohérent. L’œuvre est divisée en trois parties parce qu’il y a trois compositeurs mais aussi parce qu’il y a trois thèmes. Tout au long, Pandora s’avère poétique et évanescent.

Dans la première scène, une artiste, personnifiée par la soprano Teiya Kasahara -une voix immense qui dominera tout le spectacle- essaie de rendre à la vie son œuvre, un portrait personnifié par l’étonnante danseuse Jennifer Nichols. La chorégraphie, principalement vue en ombre chinoise, conjuguée aux mouvements de l’artiste donnait lieu à de très beaux et tendres moments de poésie visuelle. L’ami de l’artiste, chanté par le ténor Jonathan MacArthur –chanteur à qui les trois compositeurs ont beaucoup demandé, notamment dans cette première partie avec des intervalles aux écarts vertigineux- tente de la protéger d’elle-même et de du gendarme (Aaron Paul Durand). La musique de Kit Soden se situe dans les derniers retranchements de la tonalité, ses mélodies et ses airs sont parfois ceux d’un théâtre musical qui se serait aventuré dans la musique nouvelle. Le tout est plutôt contemplatif et poétique.

En deuxième partie, la soprano est l’amante d’une sorte de fée, interprétée par la danseuse. Cette section nous parle de désir, de possession, de l’amour à outrance. Le texte de David James Brock adopte la forme d’une longue ballade, avec un refrain et de multiples couplets. Il y a ce qu’on pourrait décrire comme un chœur, soit deux monstres gardiens: le ténor Jonathan MacArthur et le baryton Andrew Adridge –malheureusement trop peu entendu au cours de la soirée-. Plus facile d’abord que celle de ses deux comparses, la musique du compositeur David Storen se veut noire, presque glauque. On y sent l’influence de musique grunge avec un peu d’électronique, voire de la techno allemande. La danse s’influence des techniques modernes, des mouvements plus lâches, ersatz des années 70. Cette section est formée de répétitions et est donc plus facile à aborder pour le public.

Mais le meilleur venait sans conteste pour la fin. Sous haute tension, on pouvait d’ailleurs ressentir un certain inconfort dans la salle, la troisième partie traite de jalousie, d’adultère. La veuve éplorée mais surtout trompée  -dans une performance de feu de la toujours excellente Teiya Kasahara- et le mari mourant -chanté par le très versatile Aaron Paul Durand- s’entredéchirent dans un conflit tournant autour d’une autre femme. Cette femme, fantasmée et inaccessible est dansée par Jennifer Nichols dans un long pas de deux avec Tyler Glendhill qui lui personnifie l’homme qu’aurait rêver être le mourant. Joseph Glaser a écrit une musique en totale symbiose avec le texte mais aussi avec le mouvement. La partition, que nous avons pu voir, est graphique par endroits, la ligne mélodique étant dessinée plutôt qu’écrite. La musique est dense, riche, elle emprunte des chemins moins fréquentés. Les voix, le texte, les mouvements et la musique tous ensemble forment un tout assez dérangeant et déroutant.

Tous les interprètes ont démontrés une totale conviction dans leurs performances respectives. Adam Scime dirigeait l’ensemble avec beaucoup d’attention et de minutie, se collant parfois aux textes chantés, parfois aux mouvements dansés. Il faudrait parler longuement de la production de ce spectacle. N’ayant pas les moyens d’une grande maison d’opéra, c’est là où plusieurs petits miracles ont dû opérer. Les projections d’Omar Rivero ajoutaient beaucoup à l’atmosphère recherchée et le décor de papier était simple mais très astucieux. Difficile de traduire en français le concept de Chamber Creative, mais ce qui pourrait rendre le mieux cet esprit est la proximité dans laquelle le spectateur a pu voir et entendre Pandora. À moins de deux mètres des danseurs et des chanteurs, nous n’avions presque pas le choix d’embarquer dans l’histoire, de ressentir toute l’intensité de ce qui se passait sur scène. Phénomène relativement rare dans la vie d’un spectateur, nous avions l’impression d’être partie prenante de l’œuvre. On le disait plus haut, Pandora est le fruit d’une collaboration entre créateurs, interprètes et public. On ressort de l’événement avec la ferme impression que ce spectacle pourrait bien continuer à évoluer. Qui sait ce que la boîte de Pandore à encore à nous révéler?

Jennifer Nichols, Tyler Glendhill and Keiya Kasahara
photo : Francesca Chidhof
Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.