Cole Swanson @ Hamilton Artists Inc

version française en bas de page

Cole Swanson, Spit Spectre, 2019 C-Print 48” x 31” Performance documentation: Jamie McMillan

The exhibition Cole Swanson is preparing for Hamilton Artists Inc is the result of a long reflection which first took place as an early interest for sciences. He did a first year of studies in zoology at Guelph University before he switched to visual arts. In those years there were very few connections between faculties and departments in universities, even through different arts practices. He then focused on painting and drawing. A few years after he went to India to study miniature painting, and in order to realize this he had to learn how to make his own brushes, pigments and paper.  Which in a certain way brought him back to sciences. From then, he questioned the relationship humans have with natural resources, whether they are mineral, vegetal or animal. He continued to produce and to show his miniatures, but he also did an exhibition under the theme of cattle and bees industries at the Art Gallery of Guelph, a city where many important schools for agriculture and zoology are located. He then developed an interest for insects, those invading our houses without being invited or desired. But the first zoological passion of Cole Swanson was for ornithology, birds being for him the farthest species from human, the strangest to our society models.  When, a couple of years ago he learned that Toronto was the home for the largest community of cormorants in the World, he went as close as possible to the spit where they nest, in Toronto ports area. The noise, the cries of the birds fascinated him. There should be more than 70 000 of them. He was transported into another universe.

Cormorants always were controversial. In the Bible they are described as the embodiment of the devil when in Asia, notably in Japan, there is a long tradition of fishing with the cormorants transmitted through a beautiful and poetic imagery. Even though these birds are indigenous, its population was almost totally eradicated in Ontario, mostly because of abusive usage of some pesticides as DDT. It has grown back since the 2000s. Many residents, mostly those living on the shore of the Great Lakes consider the cormorants as a dangerous pest. Has to be said that these birds both fly and swim perfectly. Some believe their fishing could unbalance the food chain. But what stuns and fears more than anything else is how well the cormorants adapted to human behaviour. Their guano destroys the trees where they nest. So they construct their nests directly on the ground with objects we all can recognize: strings, chords, cables, straws, pieces of plastic, pieces of wood, etc. Human consumption wastes recycled by cormorants. They actually build their nests with the same materials that the homeless community build their temporary houses.

Cole Swanson is working with the biologist Gail Fraser, who also studies these birds, and he had privileged access to the site where the cormorants nest. A group of scientists built a blind leading to an observatory, both constructed with the same materials the birds used for their nests. During the summer, the site is totally black with birds. In winter, the site is deserted, devastated, the damage left behind. The white guano covers everything onsite. This is in this post-apocalyptic universe the artist chose to make a performance.

It is about one of those performances and mostly about his reflections that this summer exhibit will witness at Hamilton Artists Inc. A complete wall will be covered by photos of nests and will reproduce the strange ambiance of the spit. A reproduction of the blind will conduct us to a video of the performances he performed on the site. The character he created, the “spit spectre” is dressed with materials that could also have been used to build a cormorant’s nest. Because if Cole Swanson has some scientific affinities, he is before anything an artist and a poet. The cormorants have a vibrant yellow beck and its eyes and its teeth are some electric blue, a color combination that could recall a famous furniture store: IKEA. All along through his observations, he noticed that we could always find small objects of these two colors in the confection of the nests, even some small pieces of the iconic IKEA plastic bags. So he dressed himself with a costume made with those bags that were given to him and performed a walk in this strange environment.

This will be the first iteration of this exhibition that he might eventually show anywhere one can find cormorants, which is anywhere on Earth. It reflects on our relationship with nature, on the hierarchies we create between different animal species. As many question about the end of humanity, about the anthropocene, Cole Swanson thinks about what will be left after humanity, and the cormorants are very likely to be able to adapt to this. The press in Ontario was all about the eradication of the cormorants and ignited some not always elegant debates, the exact same kind of debates that were going around migrants…. These birds would be white, as the Northern Gannet we find on the Bonaventure Island in Gaspésie and they would be loved. But they are black. With a dense, even claustrophobic aspect, the exhibition will reproduce the spit where the cormorants nest, and to quote the artist, he is “creating an exhibitions that appeals mutually to both species, if the cormorants could come to the show, they would just be thrilled”.

Cole Swanson : Devil’s Colony

Hamilton Artists Inc, 155 James Street North, Hamilton | June 8 to August 20, 2019

opening reception : June 8 – 7pm to 9pm RSVP here

Cole Swanson, Colony (Southeast Capture), 2019 C-Print 59” x 24”

L’exposition que l’artiste Cole Swanson s’apprête à présenter à Hamilton Artists Inc est le fruit d’une longue réflexion qui s’est d’abord concrétisé par un intérêt marqué pour la science. Il a fait une année d’étude en zoologie à l’université de Guelph avant de se tourner vers les arts visuels. À cette époque, il y avait très peu de connections entre les divers départements dans les universités, même au sein du département des arts visuels on ne mélangeait pas les différentes pratiques. Il s’est donc concentré sur sa peinture et son dessin. Mais il s’est ensuite déplacé en Inde pour y étudier la peinture miniature, et pour ce faire il a dû apprendre à fabriqué lui-même ses pinceaux, ses pigments et son papier. Ce qui, d’une certaine façon, l’a ramené à la science. Et de là, un nouveau questionnement sur le rapport qu’entretient l’humain avec la nature. Comment utilise-on les ressources naturelles, qu’elles soient minérales, végétales ou animales. S’il a continué à produire et exposer ses miniatures, il a également proposé une exposition ayant pour thème l’industrie bovine et apicole au musée d’art de Guelph, ville où se trouvent de grandes écoles en agriculture et zoologie. Il s’est ensuite intéressé aux insectes, ceux qui envahissent nos maisons sans qu’ils soient invités ou désirés. Mais l’intérêt zoologique premier de Cole Swanson se portait surtout sur l’ornithologie, les oiseaux représentant pour lui l’espèce la plus éloignée de nous, la plus étrangère à notre modèle de société. Lorsqu’il a découvert il y a quelques années que Toronto abritait une des plus importantes communautés de cormorans sur la planète, il est allé voir d’aussi près que possible le lieu de nidification où on les retrouvent, tout près du port de Toronto. Le bruit, le cri des oiseaux l’a littéralement renversé. Il y en aurait plus 70 000. Le voilà plongé dans un tout autre univers.

Le cormoran provoque depuis toujours des réactions controversées. Dans la Bible, on le décrit comme une incarnation du démon, alors qu’en Asie, notamment au Japon, il existe une tradition où le cormoran est utilisé pour la pêche et une belle imagerie poétique la documente. Quoiqu’elle soit indigène, la population de cormoran avait été presque totalement éliminée en Ontario, notamment par l’usage abusif de certains pesticides tels le DDT. Elle s’est reconstituée à partir des années 2000. Plusieurs résidants, principalement ceux qui habitent les berges des grands lacs voient les cormorans d’un très mauvais œil. Ces oiseaux non seulement peuvent voler mais savent aussi nager. On a cru à tort qu’ils allaient détruire l’équilibre de la chaîne alimentaire par leur consommation de poisson. Mais ce qui étonne par dessus tout, c’est à quel point les cormorans se sont adaptés à la vie humaine. Le guano des oiseaux détruit les arbres sur lesquels ils construisent leurs nids. Aussi font-ils leurs nids à même le sol avec des objets que nous pouvons reconnaître aisément : des bouts de cordes, de câbles électriques, des pailles, du plastique, du bois, etc. Des produits de consommation humains, recyclés par les cormorans. Ils bâtissent d’ailleurs leurs nids avec les mêmes matériaux que les personnes sans domiciles fixes construisent leurs habitats temporaires.


Cole Swanson, travaillant de concert avec la biologiste Gail Fraser, qui étudie également ces oiseaux, a eu un accès privilégié au site de nidification des cormorans. Une équipe de scientifique a construit un cache qui mène à un observatoire, construit dans les mêmes matériaux que les nids de cormorans. Durant l’été, le site est littéralement noir d’oiseaux. L’hiver, le site étant déserté, il n’y reste que les dégâts. Les fèces blanches couvrant l’entièreté de l’endroit, c’est dans cet univers post-apocalyptique que l’artiste a décidé d’y faire une performance.

C’est donc de ces visites et surtout de ces réflexions que témoignera l’exposition d’été au Hamilton Artists Inc. Un mur complet de photos de nids de cormorans reproduira l’ambiance étrange qui règne sur l’endroit. Une reproduction du cache et du poste d’observation nous mènera vers une vidéo de la performance qu’il a exécutée sur le site. Le personnage qu’il a créé, le « spit spectre » est habillé de matériaux qui auraient aussi pu servir à la confection d’un nid de cormoran. Car si Cole Swanson a des passions scientifiques, il a surtout des visions poétique et artistiques. Le cormoran a le bec d’un jaune criant tandis que ses yeux et ses crocs sont d’un bleu électrique, un combinaison de couleur qui rappelle celle d’un géant de l’ameublement : IKEA. Tout au long de ses observations, il a remarqué qu’on retrouvait souvent des petits objets de ces deux couleurs, voir même de petits morceaux de sacs de plastique qui font la marque d’IKEA. C’est donc revêtu d’un costume confectionné avec des sacs qui lui ont été donné que Cole Swanson a déambuler sur le site.

L’exposition, dans une première version qui sera éventuellement reproduite un peu partout où se trouvent des cormorans, réfléchie sur notre rapport à la nature, les différentes hiérarchies que nous construisons pour les différentes espèces animales. Alors qu’on se questionne sur la fin de l’humanité, l’anthropocène, Cole Swanson réfléchi à ce qui restera peut-être après nous, les cormorans faisant probablement partie de l’équation. Le dossier de l’éradication de ces oiseaux a enflammé la presse en Ontario cet automne, de la même façon qu’elle a enflammé la presse par la question des migrants… Ces oiseaux seraient blancs, comme les fous de Bassan de l’Île Bonaventure en Gaspésie, et ils seraient aimés. Mais ils sont noirs. Dans son aspect dense, voire claustrophobe, cette exposition reproduira d’une certaine façon le site de nidification des cormorans, selon les mots même de l’artiste : « une exposition qui séduira les deux espèces: si les cormorans pouvaient venir voir l’exposition, ils seraient tout simplement ravis ».

Cole Swanson : Devil’s Colony

Hamilton Artists Inc, 155 James Street North, Hamilton du 8 juin au 20 août 2019.

Vernissage : 8 juin de 19h à 21h, RSVP ici

Cole Swanson, DCC Nest Sample (#2 of 71 – Ikea), 2019 C-Print on cotton rag / C-Print sur papier coton 20″ X 20″
Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.