P.S. We Are All Here 2019

version française en bas de page

Aguibou Bougobali Sanou in Kounfetaga photo : Deneth Piumakshi

______________________________________________________________________________

Saturday, July 6, 2019, 7pm

Performance (is): Choreography/Video/Music by Robert Kingsbury

Last Song: choreography and dance: Allie Higgins | music: Lauren Runions , Daniel Pencer

BLANC: choreography and dance : Vania Vaneau| music: Simon Dijoud

Rituals/Actions: conception: Vania Vaneau | performance: Katie Ewald, Joey Eddy, Brendan Jensen

RHYTHMS: short film: Megha Subramanian

Kounfetaga: concept, choreography and dance: Aguibou Bougobali Sanou | music : Cheick Tidiane Seck, Alif Naaba, Claire Northey, Aguibou Bougobali Sanou | costume: Deneth Piumakshi

Saturday, July 13 2019, 7pm

ASSEMBLAGE: concept and performance: lo bil

Land of Many Waters: choreography and dance: Nyda Kwasowsky

Entangle/Us: choreography and dance; Camille Djokoto and Oriana Pagnotta

CHAUD: concept and performance: Antonija Livingstone and Mich Cota

The Evolution: conception and dance: Danah Rosales and The Supreme Kiki House of Christian Siriano

Mini ball: organisation: Danah Rosales | commentator: Baba

presented by the Toronto Dance Community Love-In at Geary Lane, 360 Geary Avenue, Toronto

The 2019 edition of P.S. We Are All Here, an event of performances, work in progress, experimentations and sometime accomplished works gave us all kind of emotions, all kind of sensations. The first evening, on July 6, was under the (unpredictable) theme of slowness. It offered some beautiful images.

The French choreographer and dancer Vania Vaneau showed an extract of a long solo piece premiered in 2014, BLANC, in which, after a series of repetitive and jerky movements rending a trance, the choreographer builds a costume with the numerous elements that were spread on the floor. This costume restraints her movements and is pretty cumbersome, she will not wear it for very long, just enough time to turn on herself, printing in our memory an iconic image. The most beautiful moment occurs at the end, as she extracts herself from the costume, as a serpent sheds its skin, leaving the dead and old skin behind. The costume lies on stage, as a corpse, an element from the past that will not come back. After her performance, she introduced us to some experimentation she is working on with a trio of dancers. There again, some beautiful images as the dancers try to emerge out of a long tube made of Lycra, a slow labour, a birth.

Lauren Runions almost did not move and the two musicians accompanying her produced some very weak but beautiful sounds. Her Last Song attempts to reproduce the slow erosion, the deliquescence of the harmony of the nature not yet (de)constructed by human.

This long evening could not end before moving us deeply. There was this short film, which follows the life of a couple of pairs of feet, a pair of feminine feet and a pair of masculine feet. They flirt, they fight a bit, they play and they dance… Touching by its tenderness, moving by its simplicity. Meaghan Subramanian knows how to show off with a relatively small amount of means.

The heartbreak came with the last piece of the first evening. Kountefaga, from the choreographer and dancer from Burkina Faso, Agoubi Bougobali Sanou. He explores what had hurt us the most in our life. He translates this pain in movement with spasms, electric shocks stirring his body up from the ground, throwing him in the air, his body spraining, writhing. The dancer goes around the stage in as many paths as possible, looking for his inner foe, for the pain that gnaw him. The redemption happens by the end of the piece, the audience is emotionally exhausted. This piece had been presented before, the choreographic, musical and visual elements gather to create a strong work, which was somewhat painful to watch. This is what we will remember when time comes to assess this year’s offer from the lovers of the Toronto Dance Community Love-In (to know a bit more about them, please read my preview article about the last year presentation HERE)

The evening of July 13 began somewhat similarly to the previous one with a performance of improvised conceptual art if this is something possible. Based on a reflection being: definition and deep meaning of the word performance for Robert Kingsbury, and, questioning why and how performing for lo bil. Both artists shared with us their artistic fears and anxieties, have voiced their thinking about the art of being on stage and finally barely did a few steps or not. Both used video cameras, projected on backdrop, adding layers in the meanings and deepening the audience’s field of sight.

The second evening went on with the work of Nyda Kwasowsky who presented to us a study on identity, gender and origin identities. The voice in background overwhelmed the choreography, the choreographer and dancer created an imaginary symbolism, a language of ritualistic movements. Temperate, the performance left a lot of space for the spoken words. Lands of Many Waters would gain to be seen on a larger stage, this would give the movement some amplitude and some space. The audience might have hesitate between listening carefully to the testimonies and let their sight wandering for the dance.

The poetical duet of light dancers made by Camille Djokoto and Orianna Pagnotta brought some beautiful images. The dancers bounded by threads of lights could barely move. They see each other, recognize themselves, they bring light to each other. The union, the recognition of each other, the birth of another self. Light is already loaded with symbolisms, to make it alive, to make it dance as much as possible create a small visual poetry, simple and moving. Charming moment of tenderness before the storm that was going unfurl on the rest of the evening.

The TO love-in dance community had the good idea to throw a mini ball, a competition in voguing. Improvisations, performances with the traditional elements of voguing here mixed with the underestimated seductive powers of professional dancers from Toronto. They first launch a competition open to any voguing virgins. The more the competition was firing up, the less we had vogue student and the more we had professional dancers. As the competition went fiercer, they used more and more of their strong technique to stand out. The final battle between Ben Landsberg and Mary Dora was furious! They: adding more and more pirouettes and classical arabesques, he: throwing himself on the runway with kicks and rolls on the floor from his contemporary assets. Mary Dora finally won. Which gave them the right to compete against the professionals in vogue, legends who won all over the city. Guess what, Mary Dora also won at that game, as if it was necessary to remember everyone that classical technique can bring a dancer everywhere they want to go.

The 2019 edition of P.S. We Are All Here ended in crazy enthusiasm with a right dosage of glamour. This kiki ball gathered the entire community. The lovers showed us one more time how generous they are, they showed their mind openness presenting a large spectrum of works, offering space to marginalized artists, emerging choreographers and uncategorized artworks. This annual event is an essential to Toronto artistic vitality, and we can only hope for numerous other editions for this dance feast.

Nyda Kwasowsky in Land of Many Waters

Samedi, 6 juillet, 2019, 19h

Performance (is) : chorégraphie/vidéo/musique : Robert Kingsbury

Last Song: chorégraphie et danse: Allie Higgins| musique: Lauren Runions , Daniel Pencer

BLANC: chorégraphie et danse : Vania Vaneau | musique : Simon Dijoud

Rituals/Actions: conception: Vania Vaneau | performance: Katie Ewald, Joey Eddy, Brendan Jensen

RHYTHMS: court-métrage: Megha Subramanian

Kounfetaga: concept, chorégraphie et danse: Aguibou Bougobali Sanou | musique : Cheick Tidiane Seck, Alif Naaba, Claire Northey, Aguibou Bougobali Sanou | costume: Deneth Piumakshi

Samedi, 13 juillet, 2019, 19h

ASSEMBLAGE: concept et performance: lo bil

Land of Many Waters: chorégraphie et danse: Nyda Kwasowsky

Entangle/Us: chorégraphie et danse; Camille Djokoto et Oriana Pagnotta

CHAUD: concept et performance: Antonija Livingstone et Mich Cota

The Evolution: conception et danse: Danah Rosales et The Supreme Kiki House of Christian Siriano

Mini ball: organisation: Danah Rosales | commentateur: Baba

présenté par le Toronto Dance Community Love-In au Geary Lane, 360 Geary Avenue, Toronto

Vania Vaneau in BLANC photo : Gilles Aguilar

La présentation 2019 de P.S. We Are All Here, soirées de performances d’œuvres en cours de préparation, en chantier et parfois complètement abouties a donné lieu à toute sorte d’émotions, toutes sortes de sensations. La première soirée, le 6 juillet, était placée sous le signe de la lenteur et nous a offert de très belles images.

La chorégraphe française Vania Vaneau présentait un extrait d’un long solo créé en 2014, BLANC, dans lequel, après une série de mouvements répétitifs, saccadés, reproduisant une transe, la chorégraphe se bâtie un costume à partir des très nombreux éléments qui se trouvent sur le plancher. Ce costume encombrant et restreignant ses mouvements, elle le portera relativement peu longtemps. Le temps d’imprégner notre mémoire de cette icône qui tournoie sur elle-même. La plus beau moment a lieu à la fin, lorsqu’elle se retire de ce costume, comme un serpent mue et se sort de sa vieille peau. Le costume git sur scène comme un cadavre, un passé révolu. Par la suite, Vania Vaneau a présenté une expérimentation, un travail qu’elle fait avec un trio de danseur. Là encore quelques belles images lorsque les danseurs tentent de se sortir d’un long tube de Lycra, un lent accouchement, une naissance.

Lauren Runions bougeait à peine, et les deux musiciens qui l’accompagnaient produisaient de très faibles, mais de très beaux sons. Son Last Song tente de reproduire la lente érosion, la déliquescence de l’harmonie de la nature non encore (dé)formée par l’humain.

Cette longue soirée n’allait pas nous laisser sans nous émouvoir profondément. D’abord un court métrage suit la vie d’un couple de paires de pieds. Une paires de pieds féminins et une paires de pieds masculins flirtent, se chamaillent, s’amusent… Touchant de tendresse, émouvant de simplicité. Megha Subramanian sait en mettre plein la vue avec relativement peu de moyens.

Le coup de poing venait toutefois avec la dernière pièce de ce programme. Kountefaga du chorégraphe et danseur du Burkina Faso, Agoubi Bougobali Sanou. Il nous parle de ce qui peut arrivé de pire dans notre vie. Il traduit cette douleur en mouvement par des spasmes, des chocs électriques qui soulèvent le corps de terre, le projette dans les airs, le fait se tordre, se contorsionné. Le danseur parcours la scène en long et en large, à la recherche de l’ennemi intérieur, de la douleur qui le ronge. La rédemption arrive en fin de parcours et laisse tout de même le spectateur épuisé émotivement. Cette pièce avait déjà été présentée, il s’agit ici d’un travail abouti, tous les éléments, chorégraphiques, musicaux et visuels, forment ensemble une œuvre forte qui est douloureuse à voir. C’est ce dont on se souviendra lorsque viendra le temps de faire le bilan de cette édition 2019 de l’offrande des lovers du Toronto Dance Community Love-In (pour les connaitre un peu mieux, voir l’article de présentation de l’an dernier ICI).

La soirée du 13 juillet commençait un peu comme celle de la semaine précédente avec une performance qu’on pourrait qualifié d’art conceptuel improvisé. À partir d’une réflexion, soit : définition et sens profond du mot performance pour Robert Kingsbury, et questionnement sur le pourquoi et le comment du spectacle pour lo bil. Les artistes nous ont pendant quelques minutes fait part de leurs angoisses existentielles d’artistes, ont réfléchis à voix hautes sur l’art d’être en scène, et on somme toute peu dansé. Les deux ont utilisé une caméra vidéo diffusant en direct et ajoutant une couche de sens et une profondeur dans le champ de vision du spectateur.

La deuxième soirée se poursuivait avec le travail de Nyda Kwasowsky qui nous a entretenu sur l’identité, les identités de genre et d’origines. Sur fond de voix off qui prenaient le dessus sur la chorégraphie, la danseuse offre une symbolique inventée, un langage de mouvement empreint de ritualisme. Sobre et laissant beaucoup de place aux témoignages parlés, Land of Many Waters aurait probablement gagné à être présenté sur une plus grande scène, ce qui aurait ajouté de l’ampleur et de l’espace au mouvement. Le spectateur hésite entre l’écoute attentive que les témoignages exigent ou le regard rêveur que la danse commande.

Le poétique duo de danseuses lumières que formaient Camille Djokoto et Oriana Pagnotta a offert de très belles images. Les danseuses emmaillotées de fils de lumières bougent à peine, se perçoivent, se partagent la lumière. L’union, la reconnaissance de soi dans l’autre, la naissance d’un nouveau soi. La lumière est déjà empreinte de toute une symbolique, la faire vivre ainsi, la faire danser autant que faire se peut relève d’une petite poésie visuelle simple et touchante. Petit moment de tendresse avant la déferlante qui allait clore la soirée.

Le TO love in dance community a eu la bonne idée de lance un mini ball, une compétition de voguing. Improvisations, performances avec les mouvements traditionnels du voguing se sont ici mélangés aux pouvoirs de séduction insoupçonnés des danseurs torontois. On a d’abord lancé un concours ouvert à toutes et tous, où les vierges de la danse vogue se sont lancé.es dans l’arène. Plus le concours avançait, moins il y avait d’élèves d’écoles de voguing et plus il y avait de danseur.es professionnel.les. Plus la compétition se corsait et plus les danseur.ses se sont servi.es de leurs forts atouts techniques pour se démarquer. Le duel final entre Ben Landsberg et Mary Dora faisait plaisir à voir. Iel : ajoutant pirouettes et arabesques classiques, lui : ajoutant des kicks et des roulés au sol bien contemporains. C’est finalement Mary Dora qui remporte le trophée. Ce qui leur donne droit de participer au concours « all open » pour les professionnel.les de la vogue, celles et ceux qui ont déjà remportés des prix, les légendes. Et contre toute attente, Mary Dora, alliant technique classique à des éléments traditionnels du voguing a également remportée ce concours. Comme quoi la technique classique mène à tout.

L’édition 2019 de P.S. We are All Here s’est donc terminée dans l’enthousiasme avec une bonne dose de folie et de glamour. Ce bal kiki était l’évènement rassembleur par excellence. Les lovers nous ont montrées une fois de plus leur générosité, leur ouverture d’esprit en présentant un éventail des possibles, en offrant la scène aux artistes de la marge, aux chorégraphes de la relève et aux œuvres inclassables. Évènement annuel essentiel à la vitalité artistique de la ville de Toronto, on souhaite encore de très nombreuses éditions à ce festin de la danse.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.