CONVERGENCE Theory @ FAWN

version française en bas de page

Convergence Theory : An Experimental Electronic Music Series

co-curated by FAWN and David Jones

works by : Doom Tickler, James O’Callaghan, Rose Bolton and Alex McLeod

featuring : Rose Bolton: electronics | Adam Scime*: bass and direction Jonathan MacArthur*: tenor | Wesley Shen: keyboard | Amahl Arulanandam: cello | Nathan Petitpas: percussion | Madison Angus: soprano | Camilla Rogers: mezzo-soprano | Andrew Adridge: barytone | James O’Callaghan: books and electronics | Leslie Ting: violin | Rebecca Gray*: soprano | Amanda Lowry: flute | Doom Tickler: voice and electronics

* FAWN resident artists

Victory Social Club, 1166 Dundas Street West, Toronto

Saturday November 30, 2019, 8pm

James O’Callaghan playing book and electronics / James O’Callaghan performant avec des livres et de l’électronique

A rare happening

Last Saturday, FAWN launched a series of concerts which will bring artists from diverse artistic disciplines to perform together. For its first edition, the master of numeric and video arts, Alex McLeod, elaborated a few visual loops to accompany the music of three composers. Live and amplified singers and musicians made the show in a white space dressed in pink. A happening in a real loft, where the entrance was done through the staircase at the back of the building et where the numerous and young audience sat on the floor or stood and danced a bit during the set of Doom Tickler. 

A flux of selected acousmatic and concrète music from the 50s to actual welcomed us on our arrival. The show began slowly with a soft electronic piece, almost ambiant music. This was followed by a song performed with a lot of softness and commitment by the tenor Jonathan MacArthur accompanied by a few musicians. As three other singers join to the tenor, they end the first part of the show, three pieces by the composer Rose Bolton, with another soft, space music. Voices here do not have words and they reproduce the acousmatic and instrumental weave. 

Ensued four pieces by James O’Callaghan. In the first one, he makes noises with two books as the only music instruments. Accompanied by electronics, he modifies with a pedal the sounds he produces by rubbing, patting and flicking the books. This experimentation shows an unexpected large palette of sounds. After this first piece, the tenor Jonathan MacArthur was back for a more punk and wilder music. Xeno_, also accompanied by electronics, brings the singer to modify himself the sounds he produces with a set of pedals and knobs. Although he had a lot to do, the singer seem to have a lot of fun. A small session of craziness for the classical singer. The solo for violon, Doubt is a body, request only one violinist, Leslie Ting, but two instruments. The composer explores here the boundaries of what can be done with harmonics produced by the violin. Rubbing the bow on both violins at the same time or having the strings of the two violins very close as they vibrate and produce super high pitched notes. He creates here an etherial and aerial music, where the breath takes a lot of importance. In Far and From, James O’Callaghan experiments again with breath, wind, but with a flutist and a soprano this time, through a much more rhythmic music. These four pieces all had been performed already, although some of them were heard for the first time in Canada. We could get a clear idea of what this young and prolific composer is able to. 

Doom Tickler would deserve an article apart. Over a very dansable beat, somewhere between German industrial techno and dirty grunge-rock, Doom Tickler improvises with her voice that she modifies with a loop pedal. But what a voice! We could recall the German rock group Rammstein, or the vocal delirious of Janis Joplin, but also of caterwaul and primal screams. One had to be there at that exact moment to be able to feel this raw and dazzling energy, to be smacked in the face by this thunderous music. 

Alex McLeod had prepared some loops of images diffused on the large white wall behind the performers. For those who already know his language, there was no surprise to see perfectly straight-lined landscapes, venomous flowers which seem to swallow themselves, giants microbes fornicating, geometrical figures creating op-art effects, etc. What was even more fascinating was the sometimes totally surrealistic image overlying the sound. Of course if it was partly accidental, Alex McLeod had a good idea of what was going to be played. The sort of strange insects rubbing each other at the same time the tenor Jonathan MacArthur howled and meowed in Xeno_ by James O’Callaghan worth by itself the ticket.

You should be biting your fingers up to the knuckles by now because you were not there on Saturday. Be contented, many other happenings will follow as soon as in January. Other music paired with other artistic expressions, maybe another location, everything will adapt to whatever the performance requests. It was good to see finally in Toronto a daring and underground event, a performance pushing the boundaries of the classical concert form. Long life to the series CONVERGENCE Theory, and you, toi and toi, embark in this express train, let yourself go with this gently crazy and surely avant-garde flow. 

Convergence Theory : An Experimental Electronic Music Series

co-commissaires : FAWN et David Jones

oeuvres de : Doom Tickler, James O’Callaghan, Rose Bolton et Alex McLeod

présentant : Rose Bolton: électroniques | Adam Scime*: contrebasse et direction Jonathan MacArthur*: ténor | Wesley Shen: clavier | Amahl Arulanandam: violoncelle | Nathan Petitpas: percussions | Madison Angus: soprano | Camilla Rogers: mezzo-soprano | Andrew Adridge: baryton | James O’Callaghan: livres et électroniques | Leslie Ting: violon | Rebecca Gray*: soprano | Amanda Lowry: flûte | Doom Tickler: voix et electroniques

* artistes en résidence FAWN

Victory Social Club, 1166 Dundas Street West, Toronto

Samedi 30 novembre, 2019, 20h

Jonathan MacArthur, FAWN resident artist, voice and electronics / Jonathan MacArthur, artiste en résidence FAWN, voix et électronique

Un happening comme on en voit rarement 

Samedi dernier, FAWN lançait le premier d’une série de concerts qui amèneront à faire performer ensemble des artistes de différentes disciplines. Pour la première édition, l’artiste maître du numérique et de la vidéo, Alex McLeod, avait élaborer quelques boucles visuelles qui accompagnaient les musique de trois compositrices et compositeurs. ChanteurEs et musicienNEs en live et amplifiés complétait ce spectacle qui se tenait dans un espace blanc illuminé en rose. Un happening dans un vrai loft, où il fallait entrée par l’escalier à l’arrière du bâtiment et où les spectateurs, nombreux et jeunes, se sont assis par terre ou se sont dandiner pendant le set de Doom Tickler. 

Un flux de musiques acousmatique et concrète nous accueillait, une sélection qui couvrait les compositeurs des années 50 à nos jours. Le spectacle a commencé tout doucement, une intro toute électro, presque une musique d’ambiance, suivi d’une chanson interprétée avec beaucoup de douceur et de conviction par le ténor Jonathan MacArthur accompagné de quelques musiciens. Le ténor a été rejoint par trois autres chanteurs et ils ont terminé la partie première partie, trois pièces de la compositrice Rose Bolton, sur une musique là encore douce, un peu planante, les voix ici n’ont pas de textes et reproduisent en écho les trames acousmatique et instrumentale. 

Suivaient quatre pièces de James O’Callaghan. Une première où il bruite avec deux livres pour seuls instruments de musique. Accompagné d’une bande et modifiant à l’aide d’une pédale les sons produits par frottage, tapotage, feuilletage des livres. Un exercice qui surprend par sa large palette sonore. Ensuite, le ténor Jonathan MacArthur était de retour dans une pièce un peu plus punk, plus échevelée. Xeno_, accompagné d’électro également, où on voit le chanteur modifier lui-même les sons qu’il produit avec tout un jeux de boutons et de pédales. Quoiqu’il avait beaucoup à faire, le chanteur semblait s’amuser ferme. Petite séance de défoulement pour chanteur classique! Le solo pour violon, Doubt is a body, requiert la présence d’une seule violoniste, Leslie Ting, mais de deux instruments. Le compositeur a ici exploré les limites de ce qui peut se faire avec les harmoniques que produisent le violon. Frottant l’archet sur les deux violons à la fois, ou faisant se frôler les cordes des deux violons, produisant des sons suraigus. Il a créé un musique aérienne et éthérée, où le souffle prend beaucoup d’importance. Dans la même veine Far and From étudie le souffle, le vent, mais avec une flûtiste et une soprano cette fois, et dans un rythme plus clair et plus entêtant. Ces quatre pièces avaient toutes été déjà interprétées, certaines l’étaient en première canadienne. Nous avons donc eu droit à un petit tour d’horizon de ce que le prolifique et jeune compositeur peux nous donner.

Doom Tickler mériterait un article à part. Sur un beat très dansable, quelque part entre le techno industriel allemand et le grunge bien sale, elle improvise avec sa voix qu’elle modifie avec une loop pedal. Mais quelle voix! On pourrait parler du groupe rock allemand Rammstein, où des délires vocaux d’une Janis Joplin, mais aussi de miaulements et de cris primal. Il fallait y être pour ressentir cette énergie brute et enivrante, pour recevoir cette musique tonitruante par la gueule. 

Alex McLeod avait donc préparé des boucles d’images qui ornaient le grand mur blanc derrière les interprètes. Ceux qui connaissent le langage visuel de l’artiste ne seront pas surpris d’apprendre qu’on y ait vu des paysages parfaitement rectilignes, des fleurs vénéneuses qui semblent s’auto-avaler, des microbes géants qui s’accouplent, des formes géométrique qui créent des illusions d’optiques, etc. Ce qui était fascinant était plutôt l’arrimage souvent surréaliste de l’image avec le son. Effet en partie dû au hasard, McLeod avait tout de même une idée de ce que serait la musique performée, les espèces de bibittes qui se frottaient les unes aux autres pendant que le ténor Jonathan MacArthur hurlait, miaulait dans Xeno_ de James O’Callaghan valait à lui seul le déplacement. 

Vous devriez vous mordre les doigts de ne pas vous être déplacer justement pour assister à ce happening. Soyez rassuréEs, d’autres suivront dès janvier. D’autres musiques jumelées à d’autres disciplines artistiques, peut-être d’autres lieux, le tout s’adaptera à ce que la performance exigera. Il fait bon de voir enfin à Toronto  un événement qui ose, une soirée plus underground, une performance qui repousse les limites du concert classique. Longue vie donc à la série CONVERGENCE Theory et vous, lectrices et lecteurs, montez dans ce train qui file à toute allure, laissez vous emporter par ce vent de douce folie et d’avant-gardisme. 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.