Gabriel Dharmoo + Janice Jackson @ NMC

version française en bas de page

The Mouths That Roar

an evening with Gabriel Dharmoo and Janice Jackson

Gabriel Dharmoo | photo : Jonathan Goulet

Presented by New Music Concerts

The Music Gallery, 918 Bathurst Street, Toronto

Friday January 10, 2020, 7:30pm

_______________________________________________

Programme

Gabriel Dharmoo: Anthropologies imaginaires

Gabriel Dharmoo, vocalist

Janice Isabel Jackson : Voice Dance (2017)

Marie Pelletier : Han no. 3 (1992)

Derek Charke : Oikos Ecos (2010)

Alice Ping Yee Ho : Angst (2000)

James Rolfe : Pirate Song (2017)

Janice Jackson, vocalist

New Music Concerts has presented last Friday in Toronto a double-bill of two spectacular performances. First we heard the Montreal’s composer and vocalist Gabriel Dharmoo who did his Anthropologies imaginaires. Then we had a recital by vocalist Janice Jackson from Halifax who performed her « hit parade » of the pieces that has been written for her. 

Even after five years touring this show, even if I was experiencing this piece for the second time, the Anthropologies imaginaires by Gabriel Dharmoo still is stunningly fresh in this sometimes stern milieu of contemporary music. The topics discussed —colonialism, treatment done to indigenous cultures, cultural appropriation— are still burning hot and the performance by this vocalist is literally out of this world. 

With the excuse of a soon-to-be exhibition, a group of experts  —we will discover by the end of the presentation who they are, who they pretend to be— introduce us to the vocal rites and traditions of diverse nations, tribes unknown from public in general. As they describe the characteristics of their traditions, habits and customs, being judgmental about it and also commenting their behavior, Gabriel Dharmoo reproduces live, he improvises those sounds, those noises as described by the specialists. Each short performance presenting each nation. 

Rarely have I seen a performance of contemporary music that can gather such a large audience. Parody of the boring National Geography documentaries, each and everyone can find something in this show according to her/his musical knowledge. In front of an audience of connaisseurs in contemporary and actual music, the show lift up when he describes the nation of the « Webörglez » a nation who invented the dodecaphonic serialism —music written from series of the 12 different tones available in occidental music— the most democratic and community-based music ever! Of course, if the « Webörglez » do not exist, this music does and it is still consider, more than 100 years after its creation, as the most hermetic music. The joke is quite efficient and from this moment on, Gabriel Dharmoo holds everyone in his pocket until the end of his performance. He will even succeed to make everyone sing, a big 3-voice choir as he emulates a sort of guru-hypnotiser who bewitched everyone. Through the end, Dharmoo mimics the tics and the melismas of pop music in its most popular way (think of Céline Dion, Justin Bieber, Ed Sheeran, etc) and the « specialists » describe this music as the most refined, the very best of what civilization can create, we would like this show to never end. He didn’t imitate rap, techno, operetta or French musicals… This show could last for ever, we would never get tired. 

One thing we can be sure of, is the Anthropologies imaginaires is the best introduction to the art of Gabriel Dharmoo. He succeeded to build his reputation with these performances and probably obtained many invitations to present other opuses around the globe. He actually will be back in Toronto on January 19 for the presentation of the fog in our poise at 21C festival. —details HERE

After the intermission, Janice Jackson was waiting for us on stage, voice and mind ready to stand up for the music she carries high and gracefully without any compromise. Huge technician with almost infinite possibilities, Janice Jackson was equally excellent in the performance of every single piece although there was some discrepancies in the qualities of these scores. All from Canadian composers, including herself, these five works explored, a bit as the Anthropologies imaginaires did, diverses vocal techniques, going from the classic —we can easily imagining her singing some Verdi as everyone— to techniques of mouth noise, throat singing, overtones that we heard notably in Han no3 by Marie Pelletier. In the mini-opera by James Rolfe, Pirate Song, she renders the three characters, the judge and the two accused —the action takes place at the trial of two drag king pirates…— and she succeeded making this understandable using different type of voices, although the composer uses a bit too much of the same register for each of the three characters. Quite a tour de force which ask for a certain courage. In Angst by Alice Ping Yee Ho, the vocalist becomes also percussionist, as she taps on the table, tears apart large pieces of paper, cuts paper with scissors and makes noise with these same scissors. All this added to an already crowded score with vocal noises and sounds of all kind. 

In a certain way, this concert could have been seen as a mini symposium on the state of the multiples vocal techniques. But actually it mostly allowed us to (re)discover two fabulous and stellar multitalented performers. Thanks to New Music Concerts for this stroll in the wonderful, strange and imaginary worlds of Janice Jackson and Gabriel Dharmoo. 

Janice Jackson | photo : Emily Jewer

The Mouths That Roar

an evening with Gabriel Dharmoo and Janice Jackson

Presenté par New Music Concerts

The Music Gallery, 918 Bathurst Street, Toronto

Vendredi 10 janvier 2020, 19h30

_____________________________________________

New Music Concerts a présenté vendredi dernier à Toronto deux spectaculaires performances en une soirée. En première partie le compositeur et vocaliste montréalais Gabriel Dharmoo présentait ses Anthropologies imaginaires tandis qu’en deuxième partie la chanteuse Janice Jackson d’Halifax a offert un récital, sorte de « best of » des pièces composées à son intentions. 

Même après plus de cinq années à tourner le spectacle, même si je voyais cette oeuvre pour la seconde fois, les Anthropologies imaginaires de Gabriel Dharmoo demeurent un objet étonnant de fraîcheur dans le souvent très sévère milieu de la musique contemporaine. Les thèmes exploités -le colonialisme, le traitement fait au cultures aborigènes, l’appropriation culturelle- demeurent brûlants d’actualité, et la performance du vocaliste est hors normes. 

Sous le prétexte d’une exposition, une série de soi-disants experts -on découvrira qui ils sont à la fin lorsque leur courte biographie apparaitra à l’écran- présentent les rites et traditions vocales de différents peuples, nations, tribus peu connus du public. Tandis qu’ils et elles décrivent ce qui caractérise ces traditions tout en y apportant une bonne dose de jugement et de commentaire sur les peuples eux-mêmes, Gabriel Dharmoo reproduit en vrai en improvisant les sons, les bruits décrits. Chaque courte performance représentant chacune des nations. 

Rare sont les performances de musique contemporaine qui peuvent rallier un aussi large public. Parodie des ennuyants reportages du National Geographic, chacun peut y trouver à rire selon sa propre culture musicale. Devant un public très averti, très connaisseur en musique contemporaine et actuelle, le spectacle prend son véritable envol lorsqu’il décrit le peuple des « Webörglez » qui a inventé le sérialisme dodécaphonique -musique écrite à partir de séries des 12 sons différents disponibles en musique occidentale- la musique la plus communautaire et démocratique qui soit! Comme cette musique existe réellement et est toujours considérée, près de 100 ans après sa création comme la musique la plus hermétique possible, la blague fait mouche, et à partir de ce moment Gabriel Dharmoo tient le public dans sa poche jusqu’à la tout fin de sa présentation. Il réussira même à faire chanter tout le monde, une grand choeur à trois voix lorsqu’il mimique le grand manitou hypnotiseur qui envoûte la salle au complet. Lorsque vers la fin, il imite les mélismes de la musique populaire la plus… populaire (pensez à Céline Dion, Justin Bieber, Ed Sheeran, etc) que les spécialistes présente comme le fin du fin, le meilleur de ce que la civilisation nous a apporté, on voudrait que cette performance ne se termine jamais. Il n’a pas parlé de rap, ni de techno, ni d’opérette ou de comédie musicale française… Ce spectacle pourrait donc durer deux fois plus longtemps qu’on ne s’en lasserait jamais. 

Chose certaine, voilà la plus belle des cartes de visite pour le compositeur qu’est Gabriel Dharmoo. À la suite des performances des Anthropologies imaginaires, il a probablement obtenu plusieurs invitations à présenter ses oeuvres un peu partout sur la planète. Il sera d’ailleurs de retour à Toronto le 19 janvier prochain pour la présentation de the fog in our poise au festival 21C -informations ICI-.  

Après la pause, Janice Jackson nous attendais sur scène, en voix et prête à tout pour défendre une musique qu’elle porte à bout de bras sans jamais faire de compromis dans la très grande qualité de ses performances. Grande technicienne aux possibilités vocales presque infinies, Janice Jackson a été toujours égale en excellence dans ses performances malgré certaines disparités dans la qualité des partitions présentées. Toutes de compositrices et compositeurs canadienNEs, incluant elle-même, les cinq oeuvres ont permis d’explorer, un peu à la manière des Anthropologies imaginaires, différentes techniques vocales, passant de la technique la plus classique -on imagine que la chanteuse pourrait se contenter de ne chanter que du Verdi comme tout le monde!- à des technique de bruit de bouche, de chant de gorge, de double-sons qu’on retrouve notamment dans Han no3 de Marie Pelletier. Dans le mini opéra de James Rolfe, Pirate Song, elle fait les trois personnages, le juge et les deux accusées -l’action se déroule pendant le procès de deux pirates drag king…- et arrive à rendre l’action compréhensible en utilisant divers types de voix, même si le compositeur nage un peu trop dans les mêmes registres pour chacun des trois personnages. Tour de force qui demande une certaine bravoure. Dans Angst d’Alice Ping Yee Ho, la chanteuse devient en plus percussionniste, frappant sur la table devant elle, déchirant du papier, découpant du papier avec une paire de ciseaux, faisant du bruit avec ces mêmes ciseaux. Le tout ajouter à une partition déjà touffue remplie de bruits et de sons en tout genres. 

D’un certain point de vue, ce concert pourrait être considéré comme un mini symposium sur l’état des multiples techniques vocales. Mais il nous a surtout permis de (re)découvrir deux performeurs aux talents multiples et stellaires. Merci donc à New Music Concerts pour cette promenade dans les mondes merveilleux, étranges et imaginaires de Janice Jackson et Gabriel Dharmoo. 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.