Emergents II : Bakarlari

version française en bas de page

Bakarlari

Émilie Fortin, trumpet | Michael Mansourati, tuba | Charlotte Layec, clarinet

presented by The Music Gallery, part of the Emergents series, curated by Sarah Constant

The Music Gallery, 918 Bathurst Street, Toronto, Sunday March 1, 2020, 8pm

_________________________________________

program:

Francis Battah: T&B, for bass clarinet

Olivia Shortt: Der Geist de Messingschönheir: a google translation love story, for tuba

Alexandre David: Passages, for trumpet

Cort Lippe: Solo Tuba Music, for tuba

Quinn Jacobs: Surreal Dialogue Through Inanimate Objects, for bass clarinet

Olga Neuwirth: Laki, for trumpet

Christina Volpini: remeberancer, for bass clarinet, trumpet and tuba

____________________________________

An excellent idea gathering excellent musicians gave us an excellent concert last Sunday in Toronto. The trumpeter Émilie Fortin had the idea to join with two of her most brilliant colleagues: the tubist Michael Mansourati and the clarinetist Charlotte Layec in order to create a collective of soloists. Each member having already a good reputation as musician and improviser, they join here the time of a concert to offer to the audience some solo repertoire rarely heard. It is a win-win situation : the musicians enjoy performing pieces they sometime learned as student or new works that have been written especially for them without having the weight of a complete solo recital, which could be too demanding for both the performers and the audience; and the latter gets to know some repertoire and some instruments rarely heard as soloists. 

For their first concert in Toronto, by the invitation of the curator Sara Constant, each member of the trio performed two solo pieces and gathered at the end of the concert to premiere a work for this unusual trio.

The clarinetist Charlotte Layec opened the event with a subtil music, where breathing, mouth noises and tapping on the keys of the instrument make the first part of the work. In the second part, it is a bit as if it started from the beginning again but now blowing in the bass clarinet, producing the sounds according to the movements of the fingers on the keys. Interesting and performed with a lot of commitment, this music composed by Francis Battah finds here the perfect musician to bring it to life. Later during the concert Charlotte Layec came back with a piece about language. A conversation with a voice, the voice of the composer Quinn Jacobs creator of the playful piece where the bass clarinet gets language lessons. A conversation is started under the format of questions and answers. It grows a bit more chaotic and becomes eventually a conversation without listening.

Michael Mansourati, on tuba, had on the program two fabulous works. One written by the artist and performer Olivia Shortt who imagined a love story between the musician and the instrument. A voice comes out of the tuba via a mini speaker placed in the instrument and a love-hate dialog begins. « Let me talk, listen to me » claims the tuba. This mostly theatrical piece reaches its audience by the intense and flaming hot performance of the tubist. They will come back later with a virtuoso work where once again a tumultuous relationship is established between the instrument and the musician. The breath and the singing in the tuba, the virtuosity of some semi-improvised traits convinced without any doubt of the incredible talent of Michael Mansourati. Within a few minutes, they totally captivate the audience.

The trumpeter and artistic director of the collective Bakarlari, Émilie Fortin also had two solos on the program. A more traditional piece, suite of three brief movements, obviously pretty difficult to play from the Austrian composer Olga Neuwirth. But the pièce de résistance came first. Passage by Quebec’s composer Alexandre David explores both the sonority and the spatiality of the music for trumpet. The musician arrives on stage, already playing and she will walk around the stage, will sit to listen to some pre-recorded sounds, will join some kind of choral with different wind instruments also pre-recorded. The musician is also ask to fiddle with the instrument and almost fight with it. A subtil game where the listener tries to understand what comes from where, what is live and what is aired. Brilliant. This music is to be reheard, it was without any doubt the most interesting work of the entire evening. This World premiere on Sunday will certainly be followed by many other performances.  

To close the first concert of Bakarlari in Toronto, the three soloists joined to play, also a premiere, rememberancer by Christina Volpini. Inspired by the writings of Samuel Beckett, the composer builded a very nuanced, rustling and whispering work. We felt we were in a forest, where little noises are as numerous as they are elusive. An underground universe suddenly above everything, a world where big glasses jars refrains sounds that can only be unleashed by the musicians. A mysterious work. 

Bakarlari would have deserved a larger audience than what they got on this chilly Sunday evening of March. But those who showed up will be proud to be amongst the firsts to have heard the collective, a concept that certainly has a brilliant future ahead. 

Bakarlari

Émilie Fortin, trompette | Michael Mansourati, tuba | Charlotte Layec, clarinette

presenté par The Music Gallery de la série Emergents, commissaire : Sarah Constant

The Music Gallery, 918 Bathurst Street, Toronto, dimanche 1er mars 2020, 20 heures

_____________________________________

programme:

Francis Battah: T&B, pour clarinette basse

Olivia Shortt: Der Geist de Messingschönheir: a google translation love story, pour tuba

Alexandre David: Passages, pour trompette

Cort Lippe: Solo Tuba Music, pour tuba

Quinn Jacobs: Surreal Dialogue Through Inanimate Objects, pour clarinette basse

Olga Neuwirth: Laki, pour trompette

Christina Volpini: remeberancer, pour clarinette basse, trompette et tuba

_________________________________________

Une excellente idée réunissant d’excellents musiciens nous a donné un excellent concert dimanche dernier à Toronto. La trompettiste Émilie Fortin a eu l’idée de réunir deux de ses meilleurs collègues: le tubiste Michael Mansourati et la clarinettiste Charlotte Layec pour créer un collectif de solistes. Chacun des membres étant un musicien et improvisateur renommé, on les réunit ici le temps d’un concert pour qu’ils offrent au public du répertoire solo rarement entendu. Tout le monde y gagne: les musiciens prennent plaisir à interpréter des pièces qu’ils ont parfois travailler pendant leurs études ou des oeuvres nouvelles créées spécialement pour eux sans avoir le fardeau d’un récital complet qui serait peut-être trop exigeant pour les interprètes et le public, et ce dernier y gagne en apprivoisant un répertoire et des instruments rarement entendu en concert solo. 

Pour leur premier concert à Toronto, à l’invitation de la commissaire Sara Constant, chacun a interprété deux pièces solos et les trois se sont réuni à la toute fin du concert pour la création mondiale d’une pièce en trio.

La clarinettiste Charlotte Layec ouvrait le bal avec une pièce toute en subtilité, où la respiration,  les bruits de bouche et les tapotements sur les clés de l’instrument occupent la première moitié de la pièce. Ensuite, c’est un peu comme si on reprenait à zéro mais en soufflant dans la clarinette basse, produisant les sons qui vont avec les mouvements des doigts sur les clés. Intéressante et interprétée avec beaucoup de conviction, la musique de Francis Battah trouve ici la parfaite musicienne pour se déployer. Plus tard au cours du concert Charlotte Layec reviendra avec une pièce portant sur le langage. Une conversation avec une voix off, le compositeur Quinn Jacobs créateur de cette pièce ludique, où la clarinette apprend des leçons… Ainsi s’engage un dialogue, un question-réponse, qui deviendra un peu chaotique et bientôt une conversation sans écoute.

Michael Mansourati, au tuba, avait au programme deux oeuvres fabuleuses. Une oeuvre de l’artiste-performer Olivia Shortt qui a imaginé une histoire d’amour entre l’instrumentiste et l’instrument. Une voix sort du tuba via un mini haut-parleur placé dans l’instrument, et un dialogue amour-haine s’engage. « Laisses-moi m’exprimer » s’exclame le tuba. Cette pièce théâtrale fait mouche dans une interprétation par cet artiste au souffle brûlant d’intensité. Iel reviendra plus tard avec une oeuvre plus virtuose où encore une fois une relation tumultueuse et intense s’installe entre l’artiste et l’instrument. Le souffle et le chant dans l’embouchure du tuba, la virtuosité des traits semi-improvisés convaincra sans difficulté du grand talent de Michael Mansourati. Sans prétention aucune, iel envoûte l’auditoire dans un maelström de sons et d’émotions.

La trompettiste et directrice artistique du collectif Bakarlari, Émilie Fortin avait également deux pièces solos au programme. Une pièce plus traditionnelle, suite de trois brefs mouvements visiblement difficile à exécuter de la compositrice autrichienne Olga Neuwirth. Mais la pièce de résistance venait en premier. Passages du compositeur québécois Alexandre David explore à la fois la sonorité et la spatialité de la musique pour trompette. L’instrumentiste arrive sur scène en jouant, se promènera tout autour de la scène au cours de la pièce, s’assoira pour écouter des parties pré-enregistrées de la pièces, se joindra à une sorte de choral avec divers instrument à vent pré-enregistrés également. La musicienne est appelée à tripoter, triturer son instrument; en arrive presque à se battre avec l’instrument. Une jeu de subtilités où l’auditeur se perd à comprendre ce qui vient de où et par qui, ce qui est en direct ou en différé. Brillant. Cette musique est à réentendre, il s’agit sans conteste de la pièce la plus intéressante de toute la soirée. Jouée en première mondiale au concert de dimanche, gageons que nous ré-entendrons très bientôt cette pièce pour trompette d’Alexandre David. 

Pour clôturer le premier concert torontois de Bakarlari, les trois solistes joignaient leurs forces pour jouer également en première mondiale remembrancer de Christina Volpini. Inspiré des écrits de Samuel Beckett, la compositrice a bâti une pièce tout en nuances, en bruissements. On se croirait au fond d’une forêt, là où les bruits sont tout aussi nombreux qu’insaisissables. Un univers souterrain se trouvant soudainement au-dessus de tout, un monde où les boîtes de verre enferment les sons que seuls les interprètes sont habiletés à nous faire entendre. Une oeuvre empreinte de mystère.

Bakarlari aurait certes mérité un plus large auditoire que celui de ce frisquet dimanche soir de mars. Mais ceux et celles qui y étaient pourront fièrement se compter parmi les premiers à avoir entendu ce collectif à qui on peut sans conteste prédire un brillant avenir. 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.