NEOMEMOIRE : Pourquoi?

Manuel Bisson, untitled, 2016

Parce qu’au début de cette pandémie et de ce confinement, je m’étais promis de vous rendre compte de parutions récentes dont vous pourriez profiter dans la solitude forcée. Mais voilà, nous avons été submergé de concerts pré-enregistrés, d’opéra et de spectacle de danse dont les captations vidéos étaient soudainement visibles en ligne, tous en même temps. L’écoute de ces non-événements, qui ne sont pas conçus pour être vu en ligne, demandent une volonté de fer, une concentration dont je n’ai pas été capable pendant cette période d’incertitude et de désarrois. Ensuite, ça s’est bousculé, comme si la COVID-19 allait soudainement nous affliger d’amnésie collective, tout le monde s’est mis à faire des prestations en ligne. De la médiocrité à la pelle. Des musiciens classiques qui jusqu’ici travaillaient à leur sonorité unique, peaufinaient des années durant leurs interprétations se contentent curieusement de s’enregistrer avec un iPhone sur un piano désaccordé. Des stars de la chanson qui, sans leur jusqu’ici indispensable technicien de son, font dans l’amateurisme même pas digne d’un karaoké imbibé au saké. Ces artistes de la scène réalisent-elles/ils que ce sera difficile d’oublier ces piètres performances? Quand c’est en ligne, c’est là  pour toujours… Ce tsunami de médiocrité m’a malheureusement paralysé. Je ne commente pas le laid. Je n’ai donc pas mis en ligne une seul article depuis maintenant deux mois. Mais. 

Parce que les médias de masse continuent leur bouillie habituelle. Au lieu de se demander, puisqu’il n’y a pas grand chose de nouveau qui se produit, qu’est-ce qui aurait pu passer sous le radar, qui sont les artistes dont les médias ne parlent jamais qui auraient pu faire quelque chose qui pourrait être intéressant; on se demande plutôt, fort malheureusement, ce que font nos vedettes de la liste A en temps de confinement. Vraiment? il n’y aurait pas quelque part un roman dont vous n’auriez pas parlé, un enregistrement de musique actuelle qui vous aurait échappé? 

Parce que c’est le mandat que je me suis toujours donné, je me ferai l’avocat de l’artiste inconnuE, de ce dont les médias ne parleront que dans un an ou deux, de ce que vous, lecteur, n’auriez pas pu trouver par vous-même tout simplement parce que ces artistes, malgré leur immense talent, leur infini déterminisme, leur chaleur et leur savoir, ne peuvent tout simplement pas se payer les frais de cette boîte de communication, de ce groupe d’influencers, de ces relations de presse qui amènent jusqu’à vous le déjà trop connu, le déjà trop vu, le pré-mâché. Je vais continuer à faire ce que j’ai toujours décrit comme un sponsorship d’action. Je ne peux pas acheter les oeuvres, je ne peux pas engager des musiciens, je ne peux pas commander des oeuvres aux compositeurs mais je peux écrire à leur sujet. Je peux essayer d’être ce vulgarisateur, ce passeur. Alors. 

TOI, artiste qui se demande quand viendra ton tour, intellectuel inécouté, artisan inouï, voici ton heure venue. Transmettez comme un virus, copiez et collez. NEOMEMOIRE, la nouvelle mémoire, la mémoire de demain est de retour et c’est de toi dont elle veux parler. 

normand babin

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.