Sarah Albu & Vergil Sharkya’ : Intoxidation

scroll down for English

Intoxidation

Sarah Albu : voix, monotron, pédales, walkie-talkies | Vergil Sharkya‘ : synthétiseur, vocodeur, effets

Mikroclimat, MKR 116

Intoxidation est disponible sur Bandcamp

Qu’est-ce que le rétro futurisme sinon une façon de voir le futur en tenant compte des acquis du passé? Dans Intoxidation, première composition partagée entre le compositeur Vergil Sharkya’ et la vocaliste expérimentale Sarah Albu, il y a beaucoup de datas ingérées et reprogrammées. On sent ici l’influence de la musique concrète et électroacoustique des débuts, celle des années 60. Mais on y trouve également des lignes vocales presque classiques, dans Mâchoire de sirène par exemple. Un sentiment de déjà vu, une madeleine qui nous ramène à l’époque où le futur était fabuleux et propre. Mais plus on avance dans l’écoute, plus on comprend que le travail des deux artistes va beaucoup plus loin. On y entend une relecture des classiques et un collage, comme en art visuel, de différentes matières sonores. Superposée en plusieurs couches, la palette sonore est d’une grande richesse. Le collage nous ramène à l’époque des surréalistes, et c’est justement aussi un peu de surréalisme qu’on entend dans cette musique; un surréalisme qui se retrouve même dans le titre de certaines pièces. Un surréalisme rétro futuriste? Tout à fait! 

Dans coquillage radio vs. ancient sea receiver et récepteur de la mer antique vs. radioshell, les pistes 4 et 5, les artistes jouent un peu avec nous et nos oreilles. Difficile de dire s’il s’agit exactement des mêmes bandes présentées de façon différente, en passant d’une oreille à l’autre, en donnant plus de volume à une bande qu’à l’autre, mais ce petit tour de virtuosité fait forcément sourire, nous donne l’impression, vraie ou fausse, de comprendre ce qui se passe.

… merely a vehicle for the sauce est la pièce la plus ambitieuse de l’album. Ici Sarah Albu utilise toute la gamme de sons qu’une bouche puisse produire. La voix de Sarah Albu est remarquablement pure, elle utilise très peu de vibrato, une voix blanche qui tout à coup s’étrangle ou semble se diffracter. Ça va des arpèges chantés les plus purs et justes en passant par le miaulements, le bruits de vibration fait avec les lèvres, le chant de gorge, etc. L’entourage électronique sert surtout d’accompagnement et d’amplificateur. Voici donc ce à quoi pourrait ressembler un grand aria au XXIè siècle. Une pièce de virtuosité, un mini-drame où toute la technique et la sensibilité de la chanteuse sont mises à contribution. Une grande réussite tant au niveau compositionnel qu’au niveau de l’interprétation. 

Voici donc un album avec un programme, un début, une fin, de vastes et grands moments et des moments plus drôles, un album où la grande complicité entre les deux artistes se transcende dans ces magnifiques chants. 

____________________________________________________________

Intoxidation

Sarah Albu : voice, monotron, pedals, walkie-talkies | Vergil Sharkya‘ : synthesizer, vocoder, effects

Mikroclimat, MKR 116

What is retro futurism if not a way of seing the future holding on what comes from the past? In Intoxidation, first shared composition between composer Vergil Sharkya’ and the experimental vocalist Sarah Albu, there is a large number of datas that were entered and reprogramed. We can feel here influences from concrete musique and electronic music from its beginning around the 60s. But we can also hear some almost classical vocal lines, as in Mâchoire de sirène for example. A ‘déjà vu’ impression which bring us back when future was bright and clean. But as we dig in the listening, we understand the two artists want to bring us much further. We understand we are facing here a reinterpretation of the classics and a collage, as in visual arts, of diverse sound schemes. Superposed in many layers, this is a very rich sound palette. The collage reminds us of the surrealism era and, in fact, there is some surrealism in the music and the titles of the pieces. Is this retro futurist surrealism? Of course. 

In tracks number 4 and 5 : coquillage radio vs. ancient sea receiver and récepteur de la mer antique vs. radioshell the artists play with our ears. Hard to say if this is the same tracks  played differently, simply switching from one ear to the other, giving more volume to one track then to the other, but this little virtuosity trick makes you smile and makes you feel, true or not, you suddenly understand what is happening.

… merely a vehicle for the sauce is the most ambitious piece of the album. In this song, Sarah Albu uses the entire spectrum of sound a human can possibly produce with the voice. Sarah Albu’s voice is remarkably pure, she uses very little vibrato, a white voice that suddenly cracks or seem to diffract. From pure arpeggios to meows, vibration noises made with the lips to throat singing, etc. The electronic are there to accompany and amplifie. Here is what can be consider an aria from the 21st Century. This is a virtuoso music, there is a mini-drama, a story, so the technical and sensitive aptitudes of the singer are fully implied. Both the performance and the composition make this a very successful piece. 

This album has a program, a beginning, an end, some vast and great moments, some funny moments, this album reflects the perfect harmony between the two artists and this harmony transcends through magnificent songs.

Intoxidation is available on Bandcamp

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.