New Hermitage : Unearth

New Hermitage : Unearth

Andrew MacKelvie : alto & tenor saxophone, bass clarinet | India Gailey : cello | Ross Burns : guitar | Ellen Gibling : harp

1- Boiling Off, Collecting Vapour 2- Light Through the Rubble 3- Wind Whistles 4- Moss | Rust 5- Skeletons 6- Pine Bottle Skylight 7- Signal Scan 8- Patient Sprout 9- Stalkers 10- Desertification 11- In Amber

The improvising quartet New Hermitage launched recently Unearth, an album full of nuances and sensitivity. The album is a series of 11 short pieces. These delicate vignettes, vaguely impressionistic, have the structure of small songs, where one of the four instruments takes the lead as the three others complete the sound shape, sometimes a context is given by the ‘accompanying’ instruments before the entry of the ‘soloist’. Right from the first track, we get a good idea of how this music is conceived. We clearly have here a harp solo in a conversation with the bass clarinet, accompanied by guitar and pizzicati cello. A soft grow in tension through the end dissolves itself with the wind. In Stalker, we hear the use of effect pedals, bringing a deeper dimension to the music, a cavernous sound vibrating to its own echo. The quartet disperses this soft music, each instrument eventually becoming the lead. All the pieces are improvised except for Pin Bottle Skylight, which was written by the cellist India Gailey and In Amber by the harpist Ellen Gibling. Both composers are members of the quartet. In Amber, the last track of the album, is very well structured and elaborated, its form seemingly following the Golden Ratio. Maybe inspired by sounds from nature, from the variable speed of the wind.

The New Hermitage quartet, formed in 2017, presents here its fifth album and seems to have found a niche somewhere between experimental music and free-jazz. Very cohesive, in an obvious attempt to keep a unity of tone through the album, with a lot of attention given to the smallest details. The new release of the improvising quartet certainly is very pleasant to listen. It should reach fans of ambient music and minimalism, this music is tinted by a light melancholy and fits perfectly to those end-of-Summer days. 

Buy this recording on : Bandcamp

(on October 2, as every first Friday of the month, Bandcamp gives 100% of the sales to the artists)

________________________________________________

New Hermitage : Unearth

Andrew MacKelvie : saxophone alto & ténor, clarinette basse | India Gailey : violoncelle | Ross Burns : guitare| Ellen Gibling : harpe

1- Boiling Off, Collecting Vapour 2- Light Through the Rubble 3- Wind Whistles 4- Moss | Rust 5- Skeletons 6- Pine Bottle Skylight 7- Signal Scan 8- Patient Sprout 9- Stalkers 10- Desertification 11- In Amber

Le quatuor d’improvisation New Hermitage présente Unearth, un album tout en nuances et en sensibilité. Il s’agit d’une suite de 11 courtes pièces. Ces délicates vignettes vaguement impressionnistes adoptent la forme d’une petite chanson, où on trouve généralement un des quatre instruments qui mène le bal, les trois autres formant un complément sonore ou parfois une mise en contexte avant que le « soliste » n’entre en scène. Dès la première pièce, le ton est donné. On a clairement ici un solo de harpe qui converse avec la clarinette basse et un accompagnement de guitare et de violoncelle pizzicato. Une douce montée de tension vers la fin se dissout dans le vent. Dans Stalker, on remarque l’utilisation de la pédale d’effets, apportant une dimension plus profonde, un son caverneux vibrant d’écho. Le quatuor dissémine ainsi cette douce musique, chaque instrument se trouvant mis à l’avant plan à un moment ou un autre. Toutes les pièces sont improvisées sauf Pine Bottle Skylight, composition de la violoncelliste du groupe, India Gailey et In Amber d’Ellen Gibling, harpiste, également membre du quatuor. In Amber, qui clôt l’album, est d’une structure bien construite et élaborée qui semble être basée sur le nombre d’or. Peut-être inspirée des sons de la nature, de la vitesse fluctuante du vent.  

Le quatuor New Hermitage, fondé en 2017, présente ici son cinquième album et semble avoir trouvé une niche à la frontière entre la musique expérimentale et le free jazz. D’une grande cohésion, d’une évidente unité de ton, tout l’album s’écoute avec grand plaisir. Demandant une écoute attentive à tous les micro-détails qui peuplent ces courtes pièces, l’album devrait rejoindre les adeptes de musique environnementale et de minimalisme, cette musique empreinte d’une mélancolie légère s’arrime parfaitement aux journées d’automne.

Achetez cet album sur Bandcamp

(le 2 octobre, comme tous les premiers vendredis du mois, Bandcamp remet 100% des ventes aux artistes)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.