L’illusion postmoderne?

L’illusion postmoderne?

Réflexions sur l’évanescence d’un concept en arts visuels

sous la direction de Chantal Boulanger, Nicolas Mavrikakis et Laurent Vernet

Éditions Varia, 2021

Faire le compte-rendu d’un livre écrit par des intellectuels, des chercheurs et des historiens de l’art de haut niveau est un exercice pour le moins périlleux. Quoiqu’on en pense ou en dise, on risque toujours se faire répondre qu’on n’a tout simplement pas compris. Et ça ne serait pas complètement faux. En même temps, la tâche que ces auteurs et autrices se sont donné de réfléchir sur le postmodernisme intrigue et intéresse. Que sait-on du postmodernisme? Qui se souvient de ce concept?

Si tous se rappellent de détails architecturaux décrits comme postmodernes et souvent tournés en dérision, (un triangle, deux cercles surplombant de fausses colonnes) rares sont ceux qui pourraient définir la bête. À la lecture des textes de ce recueil, on pourrait définir le postmodernisme comme un courant des années 70-80 en arts qui a permis une réappropriation des œuvres de différentes époques en les citant et en leur donnant une signification nouvelle. Un certain cynisme, une distanciation, l’ironie sont des paramètres importants dans l’œuvre postmoderne. C’est l’ère du décloisonnement des genres et des pratiques artistiques et où la performance vit son apogée. Enfin, c’est à cette époque qu’on cautionne la marchandisation de l’art, que l’art devient un produit, éventuellement une industrie.

Si les opinions divergent peu sur la définition du postmodernisme, on se questionne plutôt sur sa pérennité. Sommes-nous toujours à l’époque du postmodernisme? Est-ce que le postmodernisme a influencé les pratiques actuelles? C’est ici que ce recueil prend tout son intérêt. Bien évidemment, la perception et les réponses à ces questions seront différentes selon l’œil qui le regarde. Les artistes Yann Pocreau, Gilles Mihalcean ou Kim Waldron par exemple, voient ce concept sous la loupe de leur travail. Les historiennes de l’art Christine Ross et Bénédicte Ramade, le critique Nicholas Mavrikakis tentent plutôt de le replacer dans son contexte historique. Certains s’entendent pour dire que pour définir le postmodernisme, il faudrait d’abord définir ce qu’est le modernisme. Mais personne n’ose s’atteler sérieusement à cette tâche. Les textes intéressent donc à des degrés divers, fort probablement selon notre niveau de compréhension. Mais un texte sort du lot, étonne et détonne.

Montréal connaît bien Chantal Pontbriand. Elle y a fondé Parachute, célèbre revue d’art et le Festival International de nouvelle danse (FIND). Deux institutions qu’elle a fondées donc, mais qui n’ont pas survécu à son départ… Le texte de Chantal Pontbriand étonne parce qu’elle réfléchit bien peu sur le concept du postmodernisme mais fait plutôt sa propre apologie, comme une oraison funèbre écrite d’avance. Elle justifie ses choix et ses actions, s’auto-congratule et se cite sans jamais avoir un regard critique. Est-ce là où se terre le postmodernisme : dans sa « performance écrite », ses citations et son cynisme? Si ce texte était à prendre au deuxième degré, il est forcément raté. Si vraiment, elle souhaitait faire son apologie et rétablir sa réputation passablement amochée depuis son passage éclair au MOCA à Toronto, pourquoi le faire dans ce contexte? Et surtout, comment se fait-il que la direction de ce recueil ait laissé passer une telle énormité?

Bien entendu, comme je le mentionnais à priori, on me répondra que je n’ai rien compris. Je veux bien. Je ne suis pas équipé pour argumenter avec ces penseurs de haute voltige. On aura saisi, ce recueil n’est pas un livre grand public. Il s’adresse donc aux lecteurs avides d’en savoir plus et de comprendre un peu mieux ce qu’a été (ce qu’est?) le postmodernisme et remet le concept à l’avant-plan. En cela ce recueil est une réussite. On attend la suite : vous avez dit moderne?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.