Marc André Brouillette : La langue de ta langue

This image has an empty alt attribute; its file name is 9782897662806_large.jpg

Marc André Brouillette : La langue de ta langue

poèmes palimpsestes Juarroz – Calveyra — Baron Supervielle — Borges

Éditions du Noroît, 2021

accumulés

dans les heures solitaires

où se joue la mort

tout autour

des rêvent fouillent

dans les replis du temps

les paroles dormantes

qui emportent le regard

ou est-ce enfin

l’essor de l’attente

Dans La langue de ta langue, Marc André Brouillette a choisi de situer sa poésie sensuelle dans la ville de Buenos Aires. Inspiré par les poètes qui ont déjà chanté la ville, Roberto Juarroz, Arnaldo Calveyra, Silvia Baron Supervielle et Jorge Luis Borges, il réserve une section du recueil à chacun. En fait, il s’agit de beaucoup plus que d’une inspiration. Un palimpseste est la réécriture d’un nouveau texte sur un document effacé. Il n’y a donc pas de citation à proprement parler, mais plutôt une interprétation de la langue propre aux divers auteurs. Marc André Brouillette s’exprime dans la langue des poètes qu’il admire et côtoie. Il reprend leur style et leur vocabulaire pour en faire sien ; marqué par une certaine indolence, un spleen qui évoque l’exubérante beauté des villes d’Amérique du Sud.

Au cours de ce parcours poétique on aura l’impression de marcher dans la ville avec le poète alors qu’il va à la rencontre de ses mentors. Notre corps se meut de façon différente, notre lecture est sous influence. La sensualité des mots impressionne la gestuelle, la douceur de l’air se respire dans les courtes phrases. Artiste aguerri, Marc André Brouillette nous envoûte et nous emporte sans que rien n’y paraisse. On ne sort pas vraiment de ce recueil, on y habite pendant un long moment. Lecture de soirées mélancoliques, poésie de l’extraordinaire, La langue de ta langue se lit et relit par petites bouchées. La respiration et l’espace, entre les mots, les vers et les poèmes, nous sont donnés pour en ressentir l’essence. Tous très courts, les poèmes sont légers et aériens. La quête du poète se traduit par une course à la beauté.

La langue de ta langue s’adresse donc aux lectrices et lecteurs qui aspirent à l’évasion. Tout en étant complexe, la langue de Brouillette s’apprivoise rapidement. On saisit la structure des vers après la lecture de quelques poèmes seulement. Attentivement, la mémoire s’imprègne de ses langues. Intuitivement, l’esprit perçoit l’hommage sensible et pudique rendu aux poètes argentins.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.